Skip to Main content Skip to Navigation
Master thesis

L'électroconvulsivothérapie : histoire, pratique actuelle et apport dans la maladie de Parkinson

Résumé : Le concept de guérison des maladies mentales par les convulsions n'est pas tout à fait récent : Hippocrate (400 av. JC) avait déjà constaté que certaines personnes souffrant de maladies mentales étaient guéries par les convulsions associées à la malaria. La première moitié du 20ème siècle sera marquée par l'apparition des "thérapies de choc" : tout d'abord le choc thermique de Von Jauregg en 1917, celui-ci traitant la paralysie générale par l'impaludation. Puis Sakel mettra au point en 1933 le coma insulinique, ayant constaté que la provocation d'états hypoglycémiques répétés (accompagnés habituellement de coma et parfois de convulsions) avait un effet favorable sur les symptômes schizophréniques. Von Meduna ira encore plus loin et, persuadé d'un antagonisme biologique entre épilepsie et schizophrénie, il conçut donc le projet de provoquer des convulsions chez les patients schizophrènes, dans l'espoir de les améliorer. Il utilisa d'abord le camphre en 1934 puis un dérivé de celui-ci: le Cardiazol. L'électrochoc (induction d'une crise comitiale à l'aide de l'excitant électrique) sera mis au point en 1938 par Ugo Cerletti (1877-1963, Professeur de neuropsychiatrie à l'université de Rome), en collaboration avec son assistant Lucio Bini. L'électrochoc sera la vedette du premier congrès mondial de psychiatrie tenu à Paris en 1950. Cependant et durant une quinzaine d'années son utilisation sera parfois abusive, de plus du fait de l'absence d'anesthésie et de curarisation à cette époque, l'image de l'électrochoc va rapidement être reprise par les acteurs de l'anti-psychiatrie, accusant cette thérapeutique de barbarie et de soumission forcée d'un être libre à l'ordre social dominant. Malgré cette "mauvaise presse" et l'apparition des traitements pharmacologiques en psychiatrie (neuroleptiques et antidépresseurs), l'électrochoc est toujours utilisé à l'heure actuelle mais sous couvert d'une curarisation avec anesthésie ultra brève, ce qui a supprimé le caractère violent et les traumatismes entraînés auparavant par ce traitement. Le terme électrochoc a disparu pour laisser place au terme international d'électroconvulsivothérapie. Ainsi de nos jours l'ECT est une alternative précieuse et parfois irremplaçable dans certaines indications bien déterminées. L'ECT est également utilisée de façon expérimentale chez les patients parkinsoniens, puisque dès 1959 Fromm a constaté l'amélioration de la symptomatologie motrice parkinsonienne après ECT. Cette question très intéressante est développée de façon approfondie dans cette thèse.
Document type :
Master thesis
Complete list of metadata

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01734359
Contributor : Colette Orange <>
Submitted on : Wednesday, March 14, 2018 - 4:35:42 PM
Last modification on : Friday, October 23, 2020 - 4:50:18 PM
Long-term archiving on: : Wednesday, September 5, 2018 - 2:21:07 PM

File

SCDMED_T_2005_GISQUET_PELSY_SA...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01734359, version 1

Citation

Sandrine Pelsy. L'électroconvulsivothérapie : histoire, pratique actuelle et apport dans la maladie de Parkinson. Sciences du Vivant [q-bio]. 2005. ⟨hal-01734359⟩

Share

Metrics

Record views

99

Files downloads

9240