Skip to Main content Skip to Navigation
Master thesis

Intérêt d'une technique de biologie moléculaire dans le diagnostic des infections à Neisseria Gonorrhoeae : Etude de 1165 patientes

Résumé : Neisseria gonorrhoeae est l'agent étiologique d'une infection sexuellement transmissible, appelée gonococcie, dont l'épidémiologie actuelle montre une importante recrudescence dans les pays développés dont la France. Cette bactérie, pathogène strict de l'Homme, est notamment responsable d'infections urogénitales pouvant se compliquer et se disséminer. Les infections sont souvent symptomatiques chez l'homme mais fréquemment asymptomatiques chez la femme, contribuant ainsi à la propagation de la maladie. Le gonocoque acquiert par ailleurs de nombreux mécanismes de résistance aux antibiotiques qu'il est nécessaire de surveiller par la réalisation d'un antibiogramme sur toute souche isolée en culture.Cette méthode utilisée au laboratoire de la maternité de Nancy est la technique de référence pour le diagnostic des gonococcies. Des techniques d'amplification d'acides nucléiques (biologie moléculaire) ont été développées récemment pour la recherche de Neisseria gonorrhoeae et semblent montrer une plus grande sensibilité.Devant le pic d'infections à Neisseria gonorrhoeae chez les jeunes femmes en province décrit par l'InVS entre 2005 et 2006 et le faible nombre de gonocoques isolés au laboratoire de la maternité (entre 0 et 1 souche par an), un protocole d'étude a été initiée. Une recherche systématique de Neisseria gonorrhoeae a été réalisée, chez 1165 patientes, par culture et par un test de biologie moléculaire (BD ProbeTec ET CT/NG®). Les objectifs étaient de s'assurer de la qualité des résultats de culture rendus par le laboratoire et d'évaluer l'intérêt d'une technique de biologie moléculaire (SDA) pour le diagnostic des infections à Neisseria gonorrhoeae.Sur les 1165 prélèvements endocervicaux et vaginaux ensemencés en culture, aucun gonocoque n'a été isolé. Ce résultat peut s'expliquer par la population étudiée qui n'est pas une population à risque d'IST et par des facteurs pré-analytiques comme la nature du site prélevé et une antibiothérapie préalable. En biologie moléculaire, 1149 échantillons étaient négatifs, confirmant les résultats de la culture. Pour les 16 autres écouvillons, des problèmes techniques (10 échantillons inhibés et 1 résultat équivoque) ou des difficultés d'interprétation (5 échantillons détectés positifs en biologie moléculaire mais négatifs enculture) ont été rencontrés.La culture a pu être mise en défaut pour ces 5 cas mais des réactions croisées avec des Neisseria commensales ou une contamination peuvent aussi expliquer la positivité de la biologie moléculaire.Pour pouvoir interpréter le résultat biologique, la connaissance d'éventuels facteurs de risque d'IST et du contexte clinique est nécessaire. Dans l'étude, on suppose ainsi qu'au moins 2 patientes présentaient une gonococcie.Les difficultés d'interprétation des résultats de biologie moléculaire et les limites techniques rencontrés nous permettent de conclure au faible intérêt de ces méthodes pour le diagnostic des infections à Neisseria gonorrhoeae dans une population à faible incidence comme la patientèle de la maternité.La possibilité d'utiliser des prélèvements peu invasifs (urines, auto-prélèvements vaginaux) représente cependant un avantage indéniable pour le dépistage des gonococcies dans les populations à risque d'IST.
Document type :
Master thesis
Complete list of metadata

Cited literature [96 references]  Display  Hide  Download

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01734481
Contributor : Colette Orange <>
Submitted on : Wednesday, March 14, 2018 - 4:42:37 PM
Last modification on : Friday, October 23, 2020 - 4:50:19 PM
Long-term archiving on: : Monday, September 10, 2018 - 8:46:17 PM

File

SCDPHA_T_2010_ACKER_CELINE.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01734481, version 1

Citation

Céline Acker. Intérêt d'une technique de biologie moléculaire dans le diagnostic des infections à Neisseria Gonorrhoeae : Etude de 1165 patientes. Sciences pharmaceutiques. 2010. ⟨hal-01734481⟩

Share

Metrics

Record views

127

Files downloads

362