Skip to Main content Skip to Navigation
Master thesis

La piroplasmose canine : ce que doit savoir le pharmacien d'officine

Résumé : L'implication de plus en plus marquée des tiques dans la transmission des agents infectieux amène professionnels et amateurs à s'intéresser de plus en plus à ce groupe d'acariens.En effet, les tiques sont devenues des vecteurs majeurs dans les pays tempérés, ce qui leur vaut d'ailleurs depuis longtemps leur seconde place en tant qu'arthropodes vecteurs derrière les moustiques.Ainsi les maladies transmises par les tiques constituent un véritable enjeu tant pour la médecine humaine que vétérinaire.Nous avons voulu nous attacher exclusivement à une protozoonose infectieuse intra-érythrocytaire : la piroplasmose ou babésiose canine ; affection parasitaire transmise par les tiques chez le chien et due, en France, à la prolifération d'un Babesiidé spécifique, Babesia canis, se traduisant par un syndrome fébrile et hémolytique avec hémoglobinurie.La répartition de cette pathologie est nationale avec des disparités importantes : fortement représentée dans le Sud-ouest, peu dans le sud-est ; sans oublier une présence non négligeable dans le Nord-est et en particulier en Meurthe-et-Moselle, ce que confirme l'étude menée en mars 2006 auprès des vétérinaires Meurthe-et-mosellans.Babesia canis évolue selon un cycle dixène ; une partie se déroulant dans les hématies du chien, l'autre chez la tique ; sa pathogénie d'ordre mécanique, toxique et antigénique a de nombreuses conséquences lésionnelles mais aussi immunitaires chez le chien. Cette parasitose présente un caractère saisonnier avec une fréquence élevée au printemps et en automne liée à l'activité des tiques vectrices, les principales, en France, étant Dermacentor reticulatus, espèce exophile ; et Rhipicephalussanguineus, espèce endophile aussi appelée « tique domestique ».Actuellement une seule molécule présente une autorisation de mise sur le marché dans le traitement spécifique de la babésiose canine : l'imidocarbe. Quand à la prévention, elle s'articule essentiellement autour d'un détiquage précoce du chien, de vaccins inactivés et de tout un arsenal d'acaricides proposé sous de multiples formes galéniques. C'est à ce niveau que le pharmacien d'officine trouve sa place en délivrant les meilleurs conseils concernant le choix des moyens prophylactiques, informant des signes cliniques de la piroplasmose canine, en insistant sur le fait que ceux-ci nécessitent une consultation vétérinaire en urgence.
Document type :
Master thesis
Complete list of metadata

Cited literature [22 references]  Display  Hide  Download

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01739014
Contributor : Colette Orange <>
Submitted on : Tuesday, March 20, 2018 - 5:36:44 PM
Last modification on : Friday, May 1, 2020 - 3:43:48 PM
Long-term archiving on: : Tuesday, September 11, 2018 - 8:09:24 PM

File

SCDPHA_T_2010_STEF_BETTY.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01739014, version 1

Citation

Betty Stef. La piroplasmose canine : ce que doit savoir le pharmacien d'officine. Sciences pharmaceutiques. 2010. ⟨hal-01739014⟩

Share

Metrics

Record views

61

Files downloads

1145