Skip to Main content Skip to Navigation
Master thesis

Lymphomes cérébraux primitifs de l'adulte immunocompétent : critères pronostiques à propos d'une série rétrospective de 31 patients traités de manière homogène

Résumé : Introduction: Si la proportion des lymphomes cérébraux primitifs semble en augmentation au sein des autres tumeurs cérébrales, l'augmentation réelle de son incidence dans la population non immunocompétente reste soumise à discussion. Certaines études montrant des variations liées à l'âge, aux lieux ou à la période d'étude. Il n'existe pas, actuellement, de traitement de référence. Les associations chimio-radiothérapiques semblent apporter une amélioration de survie par rapport à la seule radiothérapie, plus récemment sont apparues des stratégies thérapeutiques basées sur une chimiothérapie première, le recours à la radiothérapie n'intervenant qu'en cas d'échec ou de récidive. Les premièresapparaissent les plus efficaces en terme de survie mais sont pourvoyeuses d'une morbi -mortalité plus importante qui touche particulièrement les patients les plus âgés. L'identification de facteurs pronostiques de réponse au traitementdevrait permettre des adaptations thérapeutiques induisant une meilleure adéquation entre l'efficacité thérapeutique et les effets secondaires ayant un retentissement sur la durée ou la qualité de survie.Patients et méthodes : Nous avons étudié 31 patients atteints d'un LCP, ayant reçu les protocoles LCP 94 M3 ou EORTC , pris en charge entre juillet 1994 et le 30 octobre 1999, la clôture du recueil de données ayant lieu le 31juillet2000 . Le traitement comporte une chimiothérapie d'attaque délivrée sur trois semaines, suivie de cinq ou 6 cures d'entretien. Les anti- néoplasiques utilisés sont le Méthotrexate, la méthyl-prednisolone, la cytarabine, le CCNU (lomustine) et la procarbazine. Le MTX est administré par voie veineuse à des doses établies en fonction de l'âge, la cytarabine et du MTX sont aussi administrés par voie intrathécale. En cas d'échec on recourt à la radiothérapie.Résultats: Les protocoles étudiés peuvent être considérés comme non différents. Les critères d'efficacité thérapeutiques (médiane de survie de 82 semaines, taux de survie à 1 et 2 ans de respectivement 47,7 % et 37,9 %, 7 patients sur 32 soit 28,9 % survivant au-delà de 100 semaines) peuvent être considérés proches de ceux exposés dans d'autres études utilisant la même stratégie thérapeutique. La toxicité aiguë ne semble pas, à elle seule entraîner de décès , mais elle induit un retard thérapeutique qui peut être péjoratif pour trois patients. Une neurotoxicité tardive est observée pour deux patients (sévère pour l'un et modérée pour l'autre), tous deux avaient des troubles neurocognitifs dès la prise en charge et ceux-ci étaient partiellement améliorés par le traitement pour l'un . Nous mettons en évidence que la corticothérapie pr é-biopsique, le sous type histologique dans la classific ation de Kiel ou celle de la WF, la présence d'un effet de masse en neuroimagerie et la dose de MTX pourraient constituer des facteurs de réponse à lachimiothérapie d'attaque, que le seul facteur de réponse au traitement d'entretien est un rapport taux de LDH dans le LCR / taux de LDH plasmatique inférieur à 0,3. Les facteurs pronostiques de survie seraient la possibilité d'arrêter lacorticothérapie avant la biopsie, un délai de moins de 7 ou de 8 jours entre l'apparition des signes neurologiques et le premier examen neuro radiologique, le taux de Protéine C Réactive < 5 mg/l, le délai entre les signes neurologiques etle premier examen neuroradiologique de moins de 7 ou 8 jours, la réponse complète ou partielle au traitement d'attaque, la réponse complète et la réponse complète ou partielle au traitement d'entretien. Nous discutons ces résultats.Discussion: Après un bref rappel des éléments de présentation, de diagnostic et de modalités évolutives des LCPs, nous abordons les possibilités thérapeutiques de la maladie par un exposé puis une tentative de comparaison des modalitésjusque là étudiées, celle-ci restant limitée du fait de l'absence de comparaison directe de protocoles thérapeutiques. Ensuite nous rassemblons les facteurs pronostiques établis par les travaux antérieurs et devant être pris en compte parles prochains. Nous abordons enfin les différentes hypothèses étiopathogèniques et évoquons le possible rôle des cellules souches cérébrales ainsi que de certains micro-organismes et d'une «inflammation» préalable du SNe.Conclusion: L'identification de facteurs de réponse aux traitements à partir des éléments du bilan initial et des données de leurs évolutions sous traitement, ainsi que celle des facteurs de toxicité et de l'évolution, devraient permettre unemeilleure adaptation thérapeutique, cette dernière pourrait encore être améliorée par la détermination des facteurs prédictifs de survenue d'une toxicité ayant un retentissement sur la durée et la qualité de survie.
Document type :
Master thesis
Complete list of metadatas

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01739132
Contributor : Colette Orange <>
Submitted on : Tuesday, March 20, 2018 - 5:40:39 PM
Last modification on : Friday, May 1, 2020 - 3:36:34 PM
Long-term archiving on: : Tuesday, September 11, 2018 - 5:40:38 PM

File

SCDMED_T_2002_BINDLER_MARCEL.p...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01739132, version 1

Citation

Marcel Bindler. Lymphomes cérébraux primitifs de l'adulte immunocompétent : critères pronostiques à propos d'une série rétrospective de 31 patients traités de manière homogène. Sciences du Vivant [q-bio]. 2002. ⟨hal-01739132⟩

Share

Metrics

Record views

33

Files downloads

13