Dépistage du cancer de la prostate: attitudes et comportements des fils et des frères de patients atteints - Université de Lorraine Access content directly
Master Thesis Year : 2002

Prostate cancer screening : attitudes and behaviours of sons and brothers of affected patients

Dépistage du cancer de la prostate: attitudes et comportements des fils et des frères de patients atteints

Abstract

Prostate cancer is the first cancer in men and the second cause of death by cancer, after lung cancer. Despite this fact, screening is not systematic but only advised for at-risk groups such as families in which one orseveral prostate cancer(s) have already been detected. Nevertheless, even in these at-risk groups, screening is not systematic but performed at the patient's or the doctor's request. The aim of this study was to identify the factors and motivations leading brothers and sons (first degree relatives) of patients suffering from this cancer to undergo a screening test. Data have been collected in threecentres in France (Paris , Brest and Nancy). The subjects' social economical background, familial history of prostate cancer, knowledge of the disease and the notion of previous screening have been recorded. 441 menhave been contacted to urge their brothers and sons, from 40 to 70 years of age, to take part in this study. Out of 357 potential candidates, 242 agreed to participate and 179 properly filled out a mailed questionnaire.The results showed a very low rate of men having already undergone a screening by PSA (Prostate Specifie Antigen). The knowledge of prostate cancer was not a significant fact but having suffered from prostatic problems was a deciding factor leading the person to ask for a screening. 71 % of the volunteers said theysubmitted themselves to a screening "at their family doctor's request" and 6.5% "at their own request". The screening "on request, which is currently performed for people belonging to at risk familiesregarding prostate cancer, is a bad solution. It is noticed that only a small proportion of these people who are yet said to be "at risk" have actually submitted themselves to a screening. For a more efficient and systematicprostate cancer screening, it seems important to motivate men belonging to groups "at risk" but also and mainly to make family doctors realising the necessity to suggest more often screening.
Le cancer de la prostate est le premier cancer de l'homme et la deuxième cause de décès par cancer après le cancer du poumon. Malgré cela, le dépistage n'est pas recommandé en population générale mais seulement conseillé pour les groupes à risque que sont par exemple les familles ayant déjà eu un cas de cancer de la prostate. Cependant dans ces groupes à risque aucun dépistage n'est organisé et il existe seulement un dépistage au cas par cas ou "spontané".Le but de cette étude était d'identifier les facteurs associés à l'adhésion au dépistage ainsi que les motivations des fils et les frères de patients atteints de ce cancer. Un recueil de données a été effectué sur trois centres en France (Paris, Brest et Nancy). Les caractéristiques socio-économiques, l'histoire familiale du cancer de la prostate, la connaissance des sujets à l'égard du cancer de la prostate et la notion de dépistage par le passé pour ce cancer ont été enregistrées. 441 personnes ont été contactées afin d'inciter leur(s) frère(s) ou fils âgés de 40 à 70 ans a participer à cette étude. Sur 357 candidats éligibles, 242 ont accepté de participer et 179 ont correctement rempli un questionnaire retourné par voie postale Les résultats ont montré un taux très faible d'hommes, (10,6%) ayant déjà eu un test de dépistage par PSA (Prostate Spécifie Antigen). La connaissance du cancer de la prostate n'a pas été un élément significatif mais le fait d'avoir eu un problème prostatique a été déterminant pour faire le dépistage. Les motivations du dépistage déclarées par les individus étaient : "à l'initiative du médecin traitant" 71% de cas, et sur la "propre initiative du sujet" 6,5% des cas. Le dépistage "spontané" actuellement en cours pour les groupes à risque familial du cancer de la prostate est une mauvaise solution. On constate que seule une toute petite proportion de sujets appartenant pourtant à ce groupe à risque a déjà eu un dépistage. Une étape importante pour améliorer cette adhésion au dépistage est vraisemblablement de motiver les hommes appartenant à des groupes à risque mais surtout les médecins de famille pour qu'ils proposent ce dépistage plus souvent.
Fichier principal
Vignette du fichier
SCDMED_T_2002_GUNDESLI_MAHMUT.pdf (2.53 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

hal-01739139 , version 1 (20-03-2018)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01739139 , version 1

Cite

Mahmut Gundesli. Dépistage du cancer de la prostate: attitudes et comportements des fils et des frères de patients atteints. Sciences du Vivant [q-bio]. 2002. ⟨hal-01739139⟩
47 View
185 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More