Skip to Main content Skip to Navigation
Master thesis

Prescrire ou reconduire un traitement hormonal de la ménopause : réponses des médecins généralistes en 2013. Etude qualitative dans les départements de Meurthe-et-Moselle et de Moselle à l'aide d'entretiens semi-dirigés associés à un focus group

Résumé : La ménopause concerne chaque année plus de 11 millions de femmes en France. La carence estrogénique qui la définit entraîne un syndrome climatérique, d'intensité variable, plus ou moins bien vécu par les femmes, à l'origine des consultations. Pour pallier cette carence, l'usage était jusqu'alors de prescrire un traitement hormonal de la ménopause (THM). L'étude WHI, publiée en 2002, a permis de confirmer certains effets protecteurs du THM. Mais elle a en revanche remis en question son rôle protecteur sur le plan cardiovasculaire et montré une augmentation significative du risque du cancer du sein. Par la suite, de nouvelles études sont venues compléter voire contredire certains résultats. Ceux-ci ont cependant été largement diffusés et ontentraîné un débat au sein des professionnels de santé autour du THM. Ce débat est toujours vif plus de dix ans après. L'auteur a donc cherché à évaluer les répercussions de ces études sur les pratiques actuelles des médecins généralistes. Il a mis en évidence les modalités de prise en charge de la ménopause en médecine générale et le ressenti des médecins généralistes vis à vis du THM. Ainsi une étude qualitative associant 14 entretiens semi-dirigés et un focus groupe a été réalisée en 2013 dans les départements de Moselle et de Meurthe-et-Moselle auprès des médecins généralistes.Il apparaît ainsi que la ménopause est un sujet peu abordé de façon spontanée par les médecins généralistes. De nombreux médecins avouent en effet déléguer à leurs confrères gynécologues cette partie de la gynécologie par manque de temps, d'expérience ou de connaissances suffisantes dans ce domaine. Les médecins généralistes interrogés ne sont globalement pas opposés à la prescription d'un THM pour leurs patientes en l'absence de contre-indication, mais ne sont pas les initiateurs du traitement dans la plupart des cas. Le gynécologue reste à l'heure actuelle le premier prescripteur de THM. Ainsi médecins généralistes et gynécologues sont deux intervenants possibles, aux rôles complémentaires. Les médecins généralistes de notre étude considèrent le THM comme un traitement de seconde intention. Ce dernier ne sera instauré qu'après échec des autres traitements ou alternatives. L'homéopathie trouve quant à elle une place importante dans la prise en charge du syndromeclimatérique. Cette « photographie » des pratiques des médecins généralistes est susceptible d'évoluer du fait de la diminution du nombre de gynécologues libéraux. La formation continue des médecins généralistes étant en mutation, il serait peut-être intéressant de relancer ce thème dans les programmes proposés
Document type :
Master thesis
File URL :
http://docnum.univ-lorraine.fr/prive/BUMED_T_2014_DRION_ANNE_FRANCE.pdf
Complete list of metadatas

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01770796
Contributor : Colette Orange <>
Submitted on : Thursday, April 19, 2018 - 10:59:26 AM
Last modification on : Friday, May 1, 2020 - 3:35:47 PM

Identifiers

  • HAL Id : hal-01770796, version 1

Citation

Anne-France Drion. Prescrire ou reconduire un traitement hormonal de la ménopause : réponses des médecins généralistes en 2013. Etude qualitative dans les départements de Meurthe-et-Moselle et de Moselle à l'aide d'entretiens semi-dirigés associés à un focus group. Sciences du Vivant [q-bio]. 2014. ⟨hal-01770796⟩

Share

Metrics

Record views

38