Evaluation de la perception qu’ont les patients âgés des risques liés à leur consommation chronique en benzodiazépines et Z drogues : étude quantitative menée sur les patients de plus de 65 ans, consommateurs de benzodiazépines ou Z drogues depuis plus d’un an - Université de Lorraine Access content directly
Master Thesis Year : 2018

Evaluation of elderly’s perception of the risks of their chronic benzodiazepine and Z drogue consumption

Evaluation de la perception qu’ont les patients âgés des risques liés à leur consommation chronique en benzodiazépines et Z drogues : étude quantitative menée sur les patients de plus de 65 ans, consommateurs de benzodiazépines ou Z drogues depuis plus d’un an

Abstract

Introduction : les personnes âgées dépassent fréquemment la durée recommandée de prise de benzodiazépines et Z drogues. Le but de notre étude est d’évaluer la perception par les patients de plus de 65 ans de leur dépendance à leur consommation chronique en BZD et Z drogues afin d’en faciliter l’arrêt. Matériel et méthodes : nous avons inclus 50 patients consommant ces produits depuis plus d’un an au cours de consultations en médecine générale. Le questionnaire comporte 3 parties : prise médicamenteuse, évaluation du sommeil, et ressenti du patient avec notamment utilisation de l’Echelle Cognitive d’Attachement aux Benzodiazépines (ECAB). Résultats : l’âge moyen des patients est de 71,8±6,1 ans et comporte 54% de femmes. 72% sont en monothérapie avec une durée de prise de 12,0±10,8 ans. La moyenne du score ECAB est de 6,4±2,1. 60% considèrent leurs médicaments comme dangereux, 32% se sont déjà vus proposer un arrêt de traitement. Les patients désirant interrompre leur médicament (n= 28) sont significativement plus jeunes (70,3±4,3 vs 73,8±7,5 ; p=0,05), et trouvent leur traitement dangereux (22/30 ; 73% vs 6/20 ; 30% ; p=0,003). Les patients sous bromazépam (2/8 ; 25% vs 26/42 ; 62% ; p=0,06) ou sous médicament à demi-vie longue (4/12 ; 33% vs 24/38 ; 63% ; p=0,07) rapportent moins fréquemment une envie d’arrêter que les autres. L’ECAB est significativement différent selon les terciles d’ancienneté de prise des médicaments (années) ( ≤7 : 5,7 ±2,0 ; [7-12] : 5,9 ±2,5 ; ≥13 7,7±1,3 ; p=0,009). Les personnes à qui a été suggéré un arrêt de leur somnifère ont un score ECAB significativement plus élevé que les autres (7,6±1,5 vs 5,9±2,2 ; p=0,009). Conclusion : ces résultats nous laissent à penser que les interventions les plus précoces, en insistant sur les effets indésirables à long terme, permettent d’améliorer l’arrêt de ces molécules. Le meilleur moyen d’éviter la consommation chronique reste la prévention à l’introduction du traitement.
Fichier principal
Vignette du fichier
BUMED_T_2018_SELTON_PAUL.pdf (3.31 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)
Loading...

Dates and versions

hal-01931800 , version 1 (23-11-2018)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01931800 , version 1

Cite

Paul Selton. Evaluation de la perception qu’ont les patients âgés des risques liés à leur consommation chronique en benzodiazépines et Z drogues : étude quantitative menée sur les patients de plus de 65 ans, consommateurs de benzodiazépines ou Z drogues depuis plus d’un an. Sciences du Vivant [q-bio]. 2018. ⟨hal-01931800⟩
167 View
202 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More