Skip to Main content Skip to Navigation
Master thesis

Facteurs de risques d'immaturité ovocytaire : étude rétrospective cas-témoins sur 205 patientes à la maternité de Nancy (janvier 2014-décembre 2015)

Résumé : Introduction : Les taux d’échec en FIV restent élevés, ceci pouvant s’expliquer par plusieurs éléments dont la ponction d’ovocytes non fécondables. En effet, après la ponction, il n’est pas rare de retrouver des ovocytes immatures. L’objectif de cette étude était de déterminer les paramètres prédictifs d’immaturité ovocytaire lors de FIV ICSI en examinant les caractéristiques des patientes ayant > 25% d’ovocytes immatures à la ponction. Matériels et méthodes : Il s’agissait d’une étude rétrospective monocentrique cas-témoins réalisée au CHU de Nancy du 1er janvier 2014 au 31 décembre 2015. Les femmes ayant bénéficié d’au moins une FIV-ICSI par protocole antagoniste au service d’Assistance Médicale à la Procréation du CHU de Nancy entre janvier 2014 et décembre 2015 ont été incluses. Deux groupes de patientes ont été constitués : un groupe « cas » constitué de 104 patientes qui présentaient une immaturité ovocytaire >25% et un groupe témoin constitué de 105 patientes chez lesquelles le nombre d’ovocytes immatures ponctionnés était ≤ 25%. Résultats : Les patientes ayant un pourcentage d’ovocytes immatures >25% avaient un taux de FSH à J2-J3 plus bas, 6,2UI/L +/-2,1 versus 7,2UI/L +/- 2,2 (p=0,001) et un taux de LH plus bas, 5,3UI/L +/- 1,9 versus 6,1UI/L +/-2,8 (p=0,01). Les taux d’AMH n’étaient pas significativement différents : en moyenne de 3,3ng/mL +/-2,8 chez les patientes ayant un fort taux d’ovocytes immatures (>25%) et 3,6ng/mL +/-2,8 chez celles ayant peu d’ovocytes immatures (≤25%) (p=0,49). Le compte des follicules antraux était comparable entre les 2 groupes (p=0,3). En moyenne, l’IMC n’était pas significativement différent (IMC= 24, p=0,23). Dans le groupe ≤25% d’ovocytes immatures, 27% avaient un IMC > 30 contre 39,42% dans le groupe ayant >25% ovocytes immatures (p=0,059). La dose totale de gonadotrophines utilisées et la durée du traitement étaient comparables entre les groupes (respectivement p=0,29 et p=0,55)..Le jour du déclenchement, le taux d’oestradiol, de LH et de progestérone étaient similaires entre les groupes (p>0,05). Il y avait 7,8 +/- 3,4 follicules supérieurs à 16mm dans le groupes ≤ 25% et 7 +/-3,1 dans le groupe >25% d’ovocytes immatures (p=0,12). Conclusion: Il n’a pas été retrouvé de facteurs prédictifs d’immaturité ovocytaire en dehors de taux basaux de LH et FSH plus faibles dans la population de patientes présentant une forte immaturité ovocytaire. Les patientes ayant un déficit quantitatif d’ovocytes à la ponction n’ont pas nécessairement un déficit qualitatif de maturation ovocytaire.Non disponible/Not available / Not available
Document type :
Master thesis
Complete list of metadatas

Cited literature [58 references]  Display  Hide  Download

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01931802
Contributor : Colette Orange <>
Submitted on : Friday, November 23, 2018 - 8:28:29 AM
Last modification on : Friday, May 1, 2020 - 3:35:48 PM

File

BUMED_T_2016_TAHIRI_GHETEMME_J...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01931802, version 1

Citation

Jellila Tahiri Ghetemme. Facteurs de risques d'immaturité ovocytaire : étude rétrospective cas-témoins sur 205 patientes à la maternité de Nancy (janvier 2014-décembre 2015). Sciences du Vivant [q-bio]. 2016. ⟨hal-01931802⟩

Share