Skip to Main content Skip to Navigation
Master thesis

Optimisation de la prise en charge des résidents diabétiques en EHPAD : mise en place d’un Plan de Soins Personnalisé dans deux établissements à Raon-l’Etape et Senones

Résumé : Introduction : L’augmentation actuelle de la prévalence du diabète, notamment chez les sujets âgés, fait de cette maladie un enjeu de santé publique majeur. Les résidents diabétiques vivant en Etablissement d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes (EHPAD) sont particulièrement exposés à un risque de surtraitement et de iatrogénie médicamenteuse. La prise en charge de ces sujets, le plus souvent malades et dépendants, nécessite donc une attention particulière. Cette prise en charge doit être globale et s’attacher à éviter les complications aiguës du diabète (déshydratation, coma hyperosmolaire) et les hypoglycémies. Méthodes : Il s’agit d’une étude quasi-expérimentale de type séries chronologiques qui s’est déroulée dans deux EHPAD, à Senones et Raon-l’Étape, sur une durée de six mois. L’objectif de cette étude était d’évaluer l’effet de la mise en place d’un Plan de Soins Personnalisé (PSP) chez les résidents diabétiques vivant dans ces établissements, en faisant l’hypothèse que cela permettrait une optimisation de leur prise en charge. Le PSP mis en place chez chaque résident lui attribuait des objectifs glycémiques adaptés à son degré de vulnérabilité. Si un traitement antidiabétique était nécessaire pour atteindre ces objectifs, les molécules aux risques hypoglycémiques les plus faibles étaient privilégiées, leur délivrance et leur surveillance étaient homogénéisées chez tous les résidents. Résultats : 45 résidents ont été inclus. Au début de l’étude, la prévalence du diabète dans les deux établissements était de 19%. Aux différents temps de l’étude, nous avons retrouvé une diminution significative du nombre des résidents prenant au moins un traitement antidiabétique avec respectivement 73,3% de résidents avec un traitement avant la mise en place du PSP contre 48,9% (p= 0.0009) après sa mise en place au début de l’étude, 42,5% (p=0.0005) à 3 mois et 40,54% (p=0.0003) à 6 mois. L’HbA1c moyenne a augmenté passant de 6,8% au début de l’étude à 7,0% (p= 0.0176) à 3 mois et à 7,2% (p= 0.0364) à 6 mois. Nous n’avons pas mis en évidence de différence significative concernant la survenue de complications avant et après la mise en place du PSP. Discussion : Dans notre étude, la mise en place d’un PSP a permis d’optimiser la prise en charge des résidents diabétiques en diminuant significativement le nombre de résidents traités avec excès sans augmenter le taux de survenue de complications. Il semble également que l’utilisation préférentielle de molécules à bas risque hypoglycémique a permis de diminuer la fréquence de cette complication. Ces résultats devraient encourager les EHPAD à mettre en place, pour leurs résidents diabétiques, des PSP conformes aux recommandations actuelles.
Document type :
Master thesis
Complete list of metadatas

Cited literature [140 references]  Display  Hide  Download

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01932052
Contributor : Colette Orange <>
Submitted on : Friday, November 23, 2018 - 8:37:14 AM
Last modification on : Tuesday, October 20, 2020 - 10:59:57 AM

File

BUMED_T_2017_GEGOUT_LEMUEL.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01932052, version 1

Citation

Lémuel Gégout. Optimisation de la prise en charge des résidents diabétiques en EHPAD : mise en place d’un Plan de Soins Personnalisé dans deux établissements à Raon-l’Etape et Senones. Sciences du Vivant [q-bio]. 2017. ⟨hal-01932052⟩

Share

Metrics

Record views

114

Files downloads

584