Skip to Main content Skip to Navigation
Master thesis

Facteurs de risque de maladie thromboembolique veineuse au cours des myopathies inflammatoires idiopathiques

Résumé : Introduction. Les myopathies inflammatoires idiopathiques (MII) sont des pathologies hétérogènes caractérisées par une faiblesse des muscles striés squelettiques et une inflammation musculaire. Les MII peuvent être classées en dermatomyosite (DM), polymyosite (PM), syndrome des anti-synthétases (SAS), scleromyosite (SCM), myosite à inclusions (MI) et myopathie nécrosante auto-immune (MNAI). Plusieurs études épidémiologiques ont démontré un risque plus élevé de maladie thromboembolique veineuse (MTEV) chez ces patients comparé à des sujets sains. Cependant, ces études ne différenciaient que les DM et les PM, sans tenir compte des nouveaux sous-groupes, et les facteurs de risque de MTEV n’étaient pas pris en compte. Objectif : Identifier les facteurs de risque spécifiques de survenue de MTEV dans les MII, en pregnant en compte les différents sous-types de MII. Etude : Tous les adultes présentant une MII, hospitalisés au moins une fois dans un service de médecine interne des 5 hôpitaux de la région Grand Est (CHU Brabois, Nancy, Hôpital Belle-Isle, Metz, CH Emile Durkheim, Epinal, CH Jeanne d’Arc, Bar-le-Duc et CHU Hautepierre, Strasbourg), entre le 31/01/2004 et le 31/01/2018, ont été inclus. Les patients ont été reclassé dans les différents sous-groupes de MII, selon les critères de classification les plus récents. Résultats : 203 patients dont 148 femmes (73%) 55 hommes (27%), d’âge moyen au diagnostic de 50,6 ± 13 ans, avec un suivi médian de 4,22 ans, ont été inclus. 16 myosites étaient associées à un cancer (7,9%). 24 patients ont présenté 29 MTEV: 19 TVP isolées, 7 TVP avec EP, 3 EP isolées, soient 12% de la population. Le délai de survenue était en moyenne de 4,7 ans dont 34,7% durant la première année suivant le diagnostic. L’immobilisation (20%), une infection (10%), une néoplasie (20%), une myosite active (31%), l’utilisation d’immunoglobulines intraveineuses (17%) et de corticoïdes (55%) étaient retrouvés au diagnostic de MTEV. En analyse univariée, la survenue d’une MTEV était associée à un âge plus élevé, à un antécédent de MTEV, à une dysphonie ainsi qu’à un recours plus fréquent à la ciclosporine. Les patients présentant une MTEV avaient reçu un plus grand nombre de lignes thérapeutiques. La comparaison de la survie sans thrombose entre deux clusters de myosites (DM, PM, SAS, Syndrome de chevauchement (SC), et MNAI, versus SCM, MI et myositis non spécifiques) a permis d’identifier un sur-risque dans le premier [HR = 4,21 (CI95% 1,012-17,50, p<0,05)]. Conclusion : Le risque de MTEV est accru les myopathies inflammatoires. Nous avons retrouvé des facteurs de risque connus de thrombose, ainsi que des facteurs en lien avec la sévérité de la maladie. Le sous-groupe de MII semble influencer ce risque de MTEV, avec l’identification de clusters de patients plus à risque. Ces patients pourraient bénéficier de mesures prophylactiques adaptées. Ces résultats sont à confirmer de façon prospective sur une plus large cohorte.
Document type :
Master thesis
Complete list of metadatas

Cited literature [223 references]  Display  Hide  Download

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01932123
Contributor : Colette Orange <>
Submitted on : Friday, November 23, 2018 - 8:39:48 AM
Last modification on : Friday, May 1, 2020 - 3:36:13 PM

File

BUMED_T_2018_CAMPAGNE_JULIEN.p...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01932123, version 1

Citation

Julien Campagne. Facteurs de risque de maladie thromboembolique veineuse au cours des myopathies inflammatoires idiopathiques. Sciences du Vivant [q-bio]. 2018. ⟨hal-01932123⟩

Share

Metrics

Record views

60

Files downloads

138