Le mésusage du médicament de substitution : un frein à la pratique de l’addictologie par les médecins généralistes libéraux ? : revue de la littérature - Université de Lorraine Access content directly
Master Thesis Year : 2017

The misuse of the substitute drug : a brake to the practice of addictology by liberal general practitioners? : a systematic review

Le mésusage du médicament de substitution : un frein à la pratique de l’addictologie par les médecins généralistes libéraux ? : revue de la littérature

Abstract

Introduction : Grâce à la commercialisation légale des traitements de substitution, la toxicomanie se soigne mieux, constituant le plus souvent une maladie chronique nécessitant une prise en charge dans la durée. Beaucoup de patients dépendants aux opiacés subissent l’addictophobie, pouvant aller jusqu’au refus de suivi. Cette dernière serait liée au mésusage du médicament de substitution. Nous avons cherché à définir le mésusage, à en connaître sa représentation auprès des médecins généralistes et à évaluer son impact dans la pratique de l’addictologie. Méthode : Afin de rassembler les données sur le mésusage, nous avons choisi la méthode de la revue de la littérature systématique (selon le modèle PRISMA). Une question de recherche a été définie : « Quel est l’impact du mésusage des médicaments de substitution par les toxicomanes sur la pratique des médecins généralistes ? ». La recherche documentaire a été exhaustive. Résultats : La recherche documentaire a été menée entre avril et mai 2017. Après recrutement, dédoublonnage, et lecture des textes intégraux, dix références ont été sélectionnées et analysées afin de répondre à notre question de recherche. Discussion : Les données sur le mésusage du point de vue des médecins sont rares. Ce travail a permis de rassembler ces données. Nous avons découvert que le mésusage englobait plusieurs dimensions : usages non conformes au point de vue médical, modes d’obtention hors prescription et conséquences à ce mauvais usage. Il concerne essentiellement le Subutex® et sa forme générique buprénorphine, et semble bien être un frein à la pratique de l’addictologie par les médecins généralistes. Néanmoins, son importance dans l’addictophobie nécessite d’être pondérée. En effet, l’addictophobie est pour beaucoup liée aux préjugés persistants dans cette population, favorisée par le manque de formation des praticiens de santé, par les difficultés organisationnelles et par le manque de soutien des confrères. Les professionnels de santé doivent donc être conscients de leurs propres jugements et des idées préconçues à l’égard des toxicomanes.
Fichier principal
Vignette du fichier
BUMED_T_2017_BERTRAND_PIERRE.pdf (1.78 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)
Loading...

Dates and versions

hal-01932228 , version 1 (23-11-2018)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01932228 , version 1

Cite

Pierre Bertrand. Le mésusage du médicament de substitution : un frein à la pratique de l’addictologie par les médecins généralistes libéraux ? : revue de la littérature. Sciences du Vivant [q-bio]. 2017. ⟨hal-01932228⟩
166 View
867 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More