Évaluation d’une étude pilote en lorraine sur le repérage précoce et l’intervention brève (RPIB) auprès de médecins généralistes en matière d’alcool, tabac et cannabis - Université de Lorraine Access content directly
Master Thesis Year : 2017

Assessment of a pilot study in Lorraine on screening and brief intervention to general practitionners in the field of alcohol, tobacco and cannabis

Évaluation d’une étude pilote en lorraine sur le repérage précoce et l’intervention brève (RPIB) auprès de médecins généralistes en matière d’alcool, tabac et cannabis

Abstract

Objectif de l’étude : Evaluer les perceptions, attitudes et pratiques de prise en charge de médecins généralistes en matière d’alcool, de tabac et de cannabis avant et 3 mois après une sensibilisation au RPIB. Méthode : Les médecins ayant accepté de participer à l’étude bénéficieront d’une sensibilisation au RPIB. Pour cela, 2 visites à leur cabinet sont prévues. La première sera une visite d’inclusion, la deuxième plus longue permettra de leur présenter l’outil RPIB. Leurs perceptions, attitudes et prises en charge en matière d’alcool, tabac et cannabis seront évaluées par un questionnaire lors de la visite d’inclusion puis 3 mois après la sensibilisation. Résultats : Sur les 132 médecins généralistes recensés, 68 ont participé à la formation seule et 34 ont participé à la formation et à l’évaluation à 3mois. Avant la formation, les médecins généralistes estiment déjà avoir un rôle de prévention important voir très important en matière d’alcool, de tabac et de cannabis. Les obstacles principaux pour aborder les addictions sont en premier la perception selon laquelle le patient minimise ses consommations et pour 8 médecins sur 10 le fait que le patient ne souhaiterait pas parler de sa consommation. 65% des médecins déclarent ne jamais avoir entendu parler du RPIB. Ainsi, la pratique de l’intervention brève est partiellement effectuée. Ils hésitent à laisser le choix aux patients de leurs objectifs de consommation (66%) et à leur remettre des documents d’information (35%) Après la formation, ils sont plus nombreux à utiliser le RPIB et l’utilisent de manière plus étayée. Discussion : La participation à la première partie de l’étude est très satisfaisante mais ne se maintient pas pour l’évaluation à 3mois. Il existe une disparité importante entre les perceptions et attitudes en matière de tabac et d’alcool d’une part et de cannabis d’autre part que ce soit avant et après formation (représentations moins bonnes pour le cannabis) Les principaux obstacles à l’abord des addictions ressentis par les médecins viennent des patients (le patient ne souhaite pas parler de sa consommation, le patient minimise sa consommation) même s’ils ont tendance à être moins cités après la formation. Il s’agit d’un point important à rediscuter avec les médecins car plusieurs enquêtes affirment que les patients trouvent normal que le médecin aborde les addictions.
Fichier principal
Vignette du fichier
BUMED_T_2017_GAREL_MARION.pdf (3.02 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)
Loading...

Dates and versions

hal-01932267 , version 1 (23-11-2018)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01932267 , version 1

Cite

Marion Garel. Évaluation d’une étude pilote en lorraine sur le repérage précoce et l’intervention brève (RPIB) auprès de médecins généralistes en matière d’alcool, tabac et cannabis. Sciences du Vivant [q-bio]. 2017. ⟨hal-01932267⟩
254 View
265 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More