Primary prevention of sudden cardiac death with implantable defibrillator in real life : differences with the pivotal trials and their consequences. Single centre Data - Archive ouverte HAL Access content directly
Master Thesis Year : 2016

Primary prevention of sudden cardiac death with implantable defibrillator in real life : differences with the pivotal trials and their consequences. Single centre Data

Prévention primaire de la mort subite par défribrillateur implantable en situation usuelle : différences avec les études pivots et leurs conséquences

(1)
1

Abstract

Contexte. – L’efficacité du défibrillateur implantable est aujourd’hui bien démontrée en prévention primaire d’une mort subite cardiaque mais les études pivots ont plus de 10 ans et les conditions d’implantation tendent à changer. Objectifs. – Nous avons étudié les caractéristiques et le devenir des patients implantés en prévention primaire entre les 01/01/2009 et 31/12/2014 lorsqu’ils remplissaient les critères d’inclusion de l’étude SCD-HeFT. Méthodes. – Nous avons analysé rétrospectivement les dossiers médicaux de 336 patients. Trois variables ont été étudiées séparément : la mortalité, l’incidence de premier traitement approprié délivré par le défibrillateur puis, plus particulièrement, celle en zone de fibrillation ventriculaire. Ces variables ont été comparées entre patients resynchronisés ou non, entre ceux avec fraction d’éjection <30% ou ≥30% puis entre cardiopathies ischémiques et non ischémiques et en tenant compte de l’âge. Résultats. – Dans la population étudiée, la fraction d’éjection (médiane 29.5%) est plus élevée que dans SCD-HeFT et près de 47% des patients sont resynchronisés. Sur une durée médiane de 30 mois, 54 (16.1%) patients décèdent, 43 (12.8%) reçoivent au moins un traitement approprié dont 19 (5.7%) en zone FV. Concernant les variables étudiées, le risque de traitement approprié par le défibrillateur et celui de traitement en zone FV diffèrent significativement entre groupe resynchronisé ou non (p=0.003 et p=0.04) mais pas la mortalité (p=0.86). Ces résultats persistent et s’amplifient dans le sous groupe des cardiopathies non-ischémiques mais pas pour les ischémiques. Aucune influence de la fraction d’éjection à l’implantation n’a été mise en évidence. Conclusions. – Bien que notre population implantée ait effectivement une meilleure fraction d’éjection gauche et bénéficie largement d’une resynchronisation avec, dans ce dernier cas, une diminution significative du risque de traitements appropriés délivrés par le défibrillateur, les résultats globaux en termes de survie et de traitement délivré restent très proches de ceux de SCD-Heft. Cette étude ne peut donc remettre en cause le critère de fraction d’éjection ≤35% pour l’implantation d’un défibrillateur en prévention primaire. Elle souligne en revanche le besoin de mieux identifier les indications de défibrillateur parmi les candidats à la resynchronisation.
Fichier principal
Vignette du fichier
BUMED_T_2016_HELIOT_FREDERIC.pdf (1.5 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

hal-01932394 , version 1 (23-11-2018)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01932394 , version 1

Cite

Frédéric Heliot. Prévention primaire de la mort subite par défribrillateur implantable en situation usuelle : différences avec les études pivots et leurs conséquences. Sciences du Vivant [q-bio]. 2016. ⟨hal-01932394⟩
16 View
73 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More