Skip to Main content Skip to Navigation
Master thesis

Sclérose en Plaques : les traitements de fond peuvent-ils être arrêtés après 50 ans en cas de forme inactive de la maladie ?

Résumé : Introduction : Puisque l’inflammation et l’activité de la Sclérose en Plaques (SEP) diminuent au fil du temps, l’objectif de notre étude était de déterminer si les traitements de fond pourraient être arrêtés en cas d’inactivité de la maladie après 50 ans. Matériel et Méthodes : Les critères d’inclusion des patients (issus de la cohorte du ReLSEP (Registre Lorrain des SEP)) étaient : une forme récurrente-rémittente (RR) en début de maladie, un âge supérieur ou égal à 50 ans à l’inclusion, un traitement depuis au moins trois mois par thérapie de première ligne, une absence de poussée clinique depuis au moins trois ans, et un suivi d’au moins trois ans après l’inclusion. Les patients ont été divisés en deux groupes : ceux ayant arrêté leur traitement pendant au moins trois mois après l’inclusion étaient les « stoppers », et les autres patients les « stayers ». Les critères de jugement étaient le délai avant la première poussée, le délai avant progression du handicap après inclusion (augmentation d’un point du score EDSS (Expanded Disability Status Scale)), et le délai avant la survenue d’un score EDSS de 6. Pour les études statistiques, nous avons utilisé un score de propension, ainsi que des modèles de Cox pour les analyses multivariées. Résultats : Au 30 avril 2017, nous avons inclus 132 stoppers et 366 stayers, ayant un âge moyen de 53.8 (4.6) ans et un EDSS moyen de 3.1 (1.8). Le suivi médian après inclusion était d’environ 7 ans. Dans l’analyse multivariée, arrêter le traitement n’était pas associé à une augmentation du risque de poussée (Hazard Ratio (HR) : 0.918(0.723-1.164) (p=0.4793)), ni à une augmentation du risque de progression du handicap (HR : 0.893(0.706-1.130), p=0.3474). Il n’y avait pas non plus de difference significative sur les délais de survie avant la première poussée (p=0.6114) et avant progression du handicap (p=0.2292). Néanmoins, arrêter le traitement était associé à un sur-risque de survenue d’un score EDSS de 6 (HR : 3.395(2.185-5.274), p<0.0001), avec cependant des délais de survie très longs et une faible fréquence de survenue de l’évènement, et l’absence de différence entre les deux groupes pour les délais de survie avant survenue de ce critère (p=0.3346). Conclusion : En conclusion, notre étude a montré qu’arrêter le traitement, après 50 ans et en cas d’inactivité clinique de la maladie, n’était pas associé à un sur-risque de poussées et de progression du handicap, et pourrait donc être possible. Le risque de survenue d’un score EDSS de 6 était plus élevé chez les stoppers, mais avec une faible fréquence de l’évènement et de très longs délais de survenue. Notre étude étant observationnelle, il est maintenant nécessaire que ces résultats soient confirmés par un essai randomisé.
Document type :
Master thesis
Complete list of metadatas

Cited literature [124 references]  Display  Hide  Download

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01932415
Contributor : Colette Orange <>
Submitted on : Friday, November 23, 2018 - 8:56:56 AM
Last modification on : Friday, October 23, 2020 - 4:50:36 PM

File

BUMED_T_2018_KAMINSKY_ANNE_LAU...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01932415, version 1

Citation

Anne-Laure Kaminsky. Sclérose en Plaques : les traitements de fond peuvent-ils être arrêtés après 50 ans en cas de forme inactive de la maladie ?. Sciences du Vivant [q-bio]. 2018. ⟨hal-01932415⟩

Share

Metrics

Record views

41

Files downloads

317