Skip to Main content Skip to Navigation
Master thesis

En 2016, le médecin généraliste a-t-il encore intérêt à se faire remplacer ? : à propos d’une enquête qualitative réalisée à partir d’entretiens individuels auprès de médecins généralistes installés en Lorraine

Résumé : Introduction : Malgré l’inversion démographique (diminution des effectifs de médecins généralistes libéraux installés et allongement de la période avant installation pendant laquelle les jeunes médecins effectuent des remplacements), trouver un remplaçant pour le médecin généraliste installé durant ses absences semble aussi difficile, voire plus encore que par le passé. En raison des difficultés éprouvées pour y parvenir, reste-t-il, en 2016, un intérêt pour le généraliste à se faire remplacer ? Méthode : Étude qualitative par entretiens semi-directifs de 12 médecins généralistes installés en Lorraine se faisant remplacer régulièrement. Résultats : Les expériences de remplacement des médecins généralistes sont très majoritairement satisfaisantes. Ce qu’ils apprécient, c’est un remplaçant dont la pratique et le relationnel s’approchent des leurs, un certain mimétisme. A contrario, un remplaçant trop différent sera source d’insatisfaction pour l’installé. Les retours des patients concernant leur rencontre avec le remplaçant sont importants pour les remplacés. Les patients se disent satisfaits des remplaçants, même si pour certains subsiste une méfiance envers ce professionnel inconnu et souvent jeune. De ce fait, quelques consultations pour confirmer une prise en charge ou être rassuré ont lieu, mais leur impact sur la charge de travail au retour de l’installé ne suffit pas à retirer le bénéfice du remplacement. La différence générationnelle avec le remplaçant, souvent jeune et proche des études universitaires, permet souvent au remplacé de mettre à jour des recommandations ou de découvrir des pratiques récentes. Le remplacement améliore les relations avec les patients, par les expériences positives mais aussi la bonne gestion des rares expériences négatives. Les installés sont en général satisfaits des relations contractuelles (contrat, niveau de rémunération et communication) avec leurs remplaçants. Malgré les difficultés de recrutement, la mise en danger d’un patient par faute médicale ou négligence pourrait leur faire déclencher une rupture de contrat. Pour améliorer encore l’expérience du remplacement, les installés souhaiteraient un remplaçant régulier et fidèle. Conclusion : en 2016, malgré les difficultés éprouvées à se faire remplacer, les médecins généralistes restent attachés à cette pratique, tout en soulignant certaines limites. Offrir une continuité des soins à ses patients parait primordial.
Document type :
Master thesis
Complete list of metadatas

Cited literature [50 references]  Display  Hide  Download

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01932440
Contributor : Colette Orange <>
Submitted on : Friday, November 23, 2018 - 9:18:14 AM
Last modification on : Friday, May 1, 2020 - 3:37:48 PM

File

BUMED_T_2017_AUBERT_MATHIEU.pd...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01932440, version 1

Citation

Mathieu Aubert. En 2016, le médecin généraliste a-t-il encore intérêt à se faire remplacer ? : à propos d’une enquête qualitative réalisée à partir d’entretiens individuels auprès de médecins généralistes installés en Lorraine. Sciences du Vivant [q-bio]. 2017. ⟨hal-01932440⟩

Share

Metrics

Record views

39

Files downloads

109