Skip to Main content Skip to Navigation
Master thesis

Alimentation et stress : à propos de la cohorte Stanislas

Résumé : Introduction : l’alimentation est un élément reconnu de la prévention de nombreuses maladies chroniques. Dans le domaine de la santé mentale, quelques études orientent vers son impact comme facteur modifiable non négligeable dans le traitement et la prévention de certaines pathologies. Objectif : étudier l’association entre des groupes d’aliments (fruits et légumes, plats préparés, viandes et charcuteries) et des données de santé mentale dont le stress perçu et la consommation d’un traitement antidépresseur et/ou anxiolytique. Méthode : 1645 volontaires de la cohorte Stanislas (cohorte monocentrique familiale longitudinale, présumée saine à l’inclusion entre 1993 et 1995) ont été inclus à la quatrième visite de suivi au centre d’investigation clinique de ancy. Les données alimentaires ont été recueillies à l’aide d’un auto-questionnaire de fréquence. Le niveau de stress psychologique a été évalué par une échelle d’auto-évaluation numérique de 0 (pas de stress) à 10 (stress très intense). Les volontaires ont déclaré, de façon générale, les traitements en cours : seuls les traitements anxiolytiques et/ou antidépresseurs ont été pris en compte. Résultats : Des corrélations sont observées entre certains profils de consommations et le stress perçu ou la consommation de psychotropes. La faible consommation de plats préparés (≤ 3 par mois) est associée à un risque significativement moindre d’être stressé (OR 0.75, 95% IC, 0.58-0.99, p=0.042). Les gros consommateurs de viandes et charcuteries (≥ 2 portions par jour) ont un risque significativement plus élevé d’être stressés (OR 1.38, 95% IC, 1.03-1.85, p=0.031). Les consommateurs « réguliers » de viandes et charcuteries (≥ 7 et < 14 portions par semaine) ont un risque significativement faible d’être stressés ( 0.80, 95 % I , 0.65-0.97, p=0.026). Les gros consommateurs de plats préparés (≥ 1 par jour) ont une probabilité significativement plus élevée de suivre un traitement antidépresseur et/ou anxiolytique (OR 1.94, 95% IC, 1.03-3.65, p=0.039). Conclusion : Ces résultats permettent de conforter les connaissances sur le lien entre alimentation et stress, anxiété et dépression et l’intérêt de poursuivre des recherches dans ce domaine. ’importance du conseil nutritionnel qui fait partie intégrante de la consultation du médecin généraliste et des démarches de prévention nutritionnelles collectives en est renforcée.
Document type :
Master thesis
File URL :
http://docnum.univ-lorraine.fr/ulprive/BUMED_T_2017_ANTHONY_CATHERINE.pdf
Complete list of metadatas

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01947127
Contributor : Colette Orange <>
Submitted on : Thursday, December 6, 2018 - 3:22:01 PM
Last modification on : Friday, May 1, 2020 - 3:37:20 PM

Identifiers

  • HAL Id : hal-01947127, version 1

Citation

Catherine Anthony. Alimentation et stress : à propos de la cohorte Stanislas. Sciences du Vivant [q-bio]. 2017. ⟨hal-01947127⟩

Share

Metrics

Record views

86