Comparaison de la gestion de la santé au sein de 3 clubs de handball féminin français

Résumé : L’étude de cas a pour vocation de faire la lumière sur différents thèmes : l’alimentation, le sommeil, les comportements à risques (tabac, alcool et produits dopants), la motivation, l’anxiété, les relations entraineur/entrainée et de groupe, et la prise en charge de la blessure. Les deux cohortes de l’étude étaient composées de : 22 joueuses issues des 3 clubs (Metz, Nantes et Dijon) et des 3 entraineurs principaux de chaque club. Afin d’obtenir des résultats, le questionnaire a été choisi pour les joueuses, alors que l’entretien a été préféré pour les entraineurs. Huit problématiques ont été soulevées : -« Est-ce le staff médical des clubs qui gère l’alimentation des joueuses ? » - « Les joueuses professionnelles doivent-elles dormir plus de 7h par nuit pour être en forme physique et ne pas ressentir de fatigue ? » -« Pour avoir de bon résultats faut-il forcément ni boire, ni fumer ? » -« La motivation des sportives d’un club à l’autre est-elle différente ? » -« L’anxiété dans le sport de haut-niveau dépend-t-il du classement ? » -« Faut-il éviter les conflits et s’entendre avec tout le monde pour obtenir une bonne cohésion d’équipe ? » -« Qu’en est-il de la prise en charge de la blessure dans un club de haut niveau ? Est-elle la même pour tous les clubs ? » Les résultats obtenus démontrent que les clubs accordent une importance à l'alimentation mais ont confiance en leurs joueuses puisque c'est elles-mêmes qui gèrent leur nombre de repas et ce qu'elles mangent. Pour le sommeil, les joueuses de 2 clubs dorment en moyenne 8h alors que pour le troisième c’est 7h. Un état de fatigue se fait donc ressentir au sein de ce dernier club malgré les siestes effectuées. Si deux clubs n'ont qu'une joueuse qui fume ou boit ce n'est pas le cas pour le 3ème, qui compte 7 joueuses sur 10 qui avouent consommer de l'alcool ou fumer. L'Echelle de Motivation du Sport démontre que pour les trois clubs c'est la même motivation qui pousse les filles à jouer au handball. Le test d’anxiété, prouve que ce ne sont pas les joueuses dont le club est le mieux classé ou le moins bien classé qui sont anxieuses, mais celles dont le club se situe en milieu de classement. Pour les trois entraineurs, la cohésion d’équipe est « primordiale » ; les résultats démontrent que ce n’est pas le cas pour un club, puisqu’il présente un grand nombre de joueuses qui sont amies en dehors des terrains, mais qui confient ne pas avoir une bonne cohésion au sein de leur équipe. La prise en charge d’une blessure, au sein de 3 clubs de handball est la même, c’est tout d’abord le médecin qui prend en charge la joueuse, puis celui-ci l’oriente vers les kinésithérapeutes pour poser un diagnostic, sans oublier de faire un rapport au coach. Si pour deux clubs, la confiance des joueuses, pour la gestion de leur santé est totale, il n’en est pas de même pour le troisième dont seules trois joueuses sur dix ont totalement confiance en leur club. Cela met donc en avant un problème de gestion au sein de ce club.
Document type :
Master thesis
File URL :
http://docnum.univ-lorraine.fr/ulprive/BUS_M_2018_FRANCOIS_MARITHE.pdf
Complete list of metadatas

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-02010757
Contributor : Memoires Ul <>
Submitted on : Thursday, February 7, 2019 - 2:08:59 PM
Last modification on : Friday, February 8, 2019 - 1:10:35 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-02010757, version 1

Collections

Citation

François Marithé. Comparaison de la gestion de la santé au sein de 3 clubs de handball féminin français. Sociologie. 2018. ⟨hal-02010757⟩

Share

Metrics

Record views

19