Les images plaisantes facilitent la production de l’initiation de la marche dans le plan horizontal

Abstract : Introduction. Dans le cadre de la théorie biphasique des émotions (Lang et al., 1997), il a été montré que la planification et la programmation des mouvements d’approche, comme l’initiation de la marche (IM), étaient facilitées dans un contexte plaisant (congruent) par rapport à un contexte déplaisant (non congruent). Par exemple, un temps de réaction plus court et une amplitude des ajustements posturaux anticipés (APA) plus grande étaient observés lors de l’IM face à une image plaisante versus déplaisante (Gélat et al., 2011). Toutefois, la plupart des études dans ce domaine ont analysé la création des conditions nécessaires pour la progression, i.e. fonction généralement associée aux APA sur l’axe antéro-postérieur (AP) directement concerné par l’approche-évitement. Or, initier la marche implique également d’assurer la stabilité posturale, fonction attribuée aux APA sur l’axe médio-latéral (ML) (e.g. Jian et al., 1993), axe perpendiculaire à celui de l’approche-évitement. L’objectif de cette étude est donc d’analyser l’impact des émotions sur les APA associés à l’IM dans le plan horizontal. Si les deux fonctions des APA sont coordonnées dans le même acte moteur, i.e. l’IM, alors nous faisons l’hypothèse que les APA AP et ML devraient être facilités dans un contexte plaisant versus déplaisant. L’alternative à cette hypothèse est que seuls les APA-AP devraient être impactés par les émotions. Methodes. Quinze jeunes adultes se tenaient debout sur une plateforme de force face à un mur blanc sur lequel étaient présentées des images issues de l’IAPS (Lang et al., 2005) dans un ordre pseudo-randomisé. Lorsque l’image présentée était neutre (un objet), les sujets ne devaient pas bouger (essais NO GO). Pour toutes les autres images (plaisantes et déplaisantes), ils devaient initier la marche vers l’avant (essais GO). Seuls les essais GO étaient analysés. L’effet des images (plaisantes versus déplaisantes) était étudié sur la durée et l’amplitude des APA sur les axes AP et ML ainsi que sur l’amplitude du pic de vitesse atteint à la fin du premier pas et le temps mis pour atteindre ce pic. Resultats. La durée des APA était plus courte face aux images plaisantes versus déplaisantes sur les axes AP (p=0.010) et ML (p=0.003). L’amplitude des APA était plus grande dans le contexte plaisant versus déplaisant sur les deux axes (p=0.039 et p=0.003, respectivement). De plus, alors que l’amplitude du pic de vitesse était similaire dans les deux conditions émotionnelles (p=0.543), le temps mis pour atteindre ce pic était plus court dans la condition plaisante versus déplaisante (p=0.003). Discussion. Les résultats montrent que les deux fonctions des APA sont impactées par le contexte émotionnel. Plus précisément, les APA sur les axes AP et ML sont facilités dans le contexte plaisant versus déplaisant dans les deux domaines, spatial et temporel. Par ailleurs, ces résultats suggèrent que les deux fonctions des APA sont coordonnées dans le même acte moteur, ici l’IM.
Complete list of metadatas

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-02276646
Contributor : Laure Coudrat <>
Submitted on : Tuesday, September 3, 2019 - 9:07:06 AM
Last modification on : Wednesday, September 4, 2019 - 1:25:26 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-02276646, version 1

Collections

Citation

Laure Coudrat, Thierry Gélat, Armande Le Pellec-Muller. Les images plaisantes facilitent la production de l’initiation de la marche dans le plan horizontal. 17ème Congrès International de l'Association de Chercheurs en Activités Physiques et Sportives, Oct 2017, Dijon, France. pp.163. ⟨hal-02276646⟩

Share

Metrics

Record views

19