Skip to Main content Skip to Navigation
Conference papers

Problématisation des identités culturelles en Master MEEF, parcours en ligne et parcours hybride

Résumé : Nos étudiants qu’ils soient en Licence 1 ou en Master 2 métiers de l’éducation n’arrivent pas à l’université sans avoir vécu d’expériences interculturelles. Lorsque nous parcourons leur biographie nous remarquons que certains d’entre eux ont profité de programmes à l’international comme Erasmus ou d’accueil dans des écoles européennes dans le cadre de partenariat entre instituts d’éducation. En échanges collectifs en cours, certains utilisent d’ailleurs ce vécu pour afficher leur ouverture d’esprit ou leur tolérance vis-à-vis de toutes les cultures. Cependant, une de nos recherches (Lemoine-Bresson, Lerat et Gremmo 2018 ; Lemoine-Bresson et Trémion, 2019) montre que les expériences personnelles des étudiants peuvent être un frein dans le travail de problématisation (Fabre, 2017) de la notion d’interculturalité et d’interprétation de situations interculturelles. Notre recherche montre que de nombreux étudiants en restent à une vision statique et essentialisante de la culture ou alors peinent à se distancier d’une interprétation ethnocentrée des situations interculturelles qui leur sont soumises en cours. Pourquoi ? Tout d’abord, les étudiants ont du mal à savoir qu’il peut y avoir un problème qui peut se poser en situations de rencontre entre soi et l’autre, et de fait à identifier ce problème. Mais une fois le problème identifié, certains ne sont pas forcément capables de traiter ce problème par une interprétation de la situation interculturelle. Ce qui nous a amenées à nous interroger sur le choix des ressources à utiliser en cours pour atteindre un objectif de développement de la réflexivité et de la distanciation chez les étudiants futurs enseignants construit à partir du processus en trois temps qu’est décrire-problématiser-interpréter. Nous proposons la question de recherche suivante : en quoi la vidéo permettrait-elle en formation d’enseignants de décrire une situation interculturelle, de la problématiser (conceptualiser) et de l’interpréter ? Selon nous, l’enjeu de réflexivité est indissociable d’une éducation interculturelle et est le processus central d’une démarche interculturelle qui a une visée praxéologique afin de développer le dialogue entre les terrains et la recherche. L’interculturalité met l’accent sur les processus de (ré)actualisation des identités plurielles par les personnes dans les rencontres, dans les échanges en contextes variés et variables, et notamment dans la classe, espace marqué par les hétérogénéités en interaction. On focalise moins sur la culture comme déterminant des manières de faire, de dire, d’être que sur la manière dont les personnes utilisent des traits culturels pour se dire/dire l’autre dans une communication verbale ou non : s’excuser, se défausser, séduire, escroquer, assigner l’autre à être/ou pas, procéder à des microaggressions (Sue, 2010). D'où notre intérêt pour l'usage de vidéo pour "outiller" les étudiants dans le processus de réflexivité qui est indissociable d'une démarche interculturelle et central dans cette démarche. L'utilisation de la vidéo en formation des enseignants a été envisagée lorsqu'il s'est avéré utile de mettre au jour le travail de l'enseignant dans la classe. C'est donc en particulier dans le cadre d’activités d’observation et d’analyse de pratiques (Gaudin & Chalès, 2012) que l'utilisation de la vidéo a été développée. Son utilisation s'inscrit ici dans une visée de transformation vers une meilleure compréhension des situations de tension : il s'agit pour l'étudiant qui visionne une vidéo d'apprendre à objectiver des situations d'interactions dans le contexte éducatif. Ce postulat repose donc sur l'idée selon laquelle le choix des vidéos et les modalités de visionnage de celles-ci pourraient avoir une influence dans la réflexion des enseignants novices sur les interactions. L’étude présentée montre les problèmes qui se posent aux étudiants quand ils sont sollicités pour entrer dans un processus en trois dimensions « décrire-problématiser-interpréter » pour appréhender des situations interculturelles visionnées à partir de documents vidéos soumis en cours à distance pour une cohorte d’étudiants et en présentiel pour une autre. Dans cette communication nous proposons un dispositif de formation pour mieux engager le débat social autour des problématiques interculturelles et répondre aux besoins des étudiants futurs enseignants confrontés à l’hyper-hétérogénéité des classes. Ce dispositif fait une large place à un outil sur l’annotation des vidéos, CELLULOID, développé dans le cadre d’un projet à la Faculté d’éducation de Paris. Il sera mis en place à la rentrée 2019 dans les cours « Interculturalité » en sciences de l’éducation à Paris et à l’INSPÉ de Lorraine en Master MEEF.
Document type :
Conference papers
Complete list of metadata

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-02482192
Contributor : Véronique Lemoine Bresson <>
Submitted on : Monday, February 17, 2020 - 8:01:20 PM
Last modification on : Friday, June 4, 2021 - 3:44:45 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-02482192, version 1

Collections

Citation

Véronique Lemoine, Virginie Trémion. Problématisation des identités culturelles en Master MEEF, parcours en ligne et parcours hybride. Colloque Critical Approaches to Cultural Identities (ACI 2020), Sep 2020, Dijon, France. ⟨hal-02482192⟩

Share

Metrics

Record views

150