Skip to Main content Skip to Navigation
Book section

Espaces et musique dans la Tour de Nesle : le drame "mélodramatisé" ?

Résumé : De l'usage de la musique dans le mélodrame, on retient surtout la cocasse formule du Traité du mélodrame par MM. A ! A ! A ! : « […] la musique est à chaque scène ce que sont les avenues aux châteaux 1. » Si la fonction structurelle de la musique mélodramatique est désormais bien connue des chercheurs 2 , ceux-ci n'ont peut-être pas été suffisamment attentifs à la métaphore spatiale utilisée par les auteurs de ce Traité. Car la musique ne sert pas uniquement à codifier les personnages lors de leur entrée en scène, ou à renforcer le pathétique des situations par l'usage des trémolos. Parce qu'il se joue sur des scènes exiguës, le mélodrame des deux premières décennies du XIX e siècle puise dans le registre de la musique imitative afin de peindre tout ce qui ne peut être concrètement représenté : espace champêtre et champ de bataille prennent ainsi corps par le biais d'un arsenal de topoï musicaux que les spectateurs de l'époque sont en mesure de décoder 3. Au moment où La Tour de Nesle paraît à l'affiche du théâtre de la Porte-Saint-Martin, le 29 mai 1832, la musique mélodramatique a subi d'importantes transformations. L'agrandissement des théâtres, la réforme de la peinture scénique et, partant, du jeu de l'acteur 4 , ont conditionné des réajustements qu'Alexandre Piccini, compositeur de la partition de La Tour de Nesle mais aussi de celles de nombreux mélodrames depuis le début du siècle, fut peut-être l'un des premiers à mettre en place. La musique ne fait pas seulement office de décor sonore, mais dessine des lignes de force au coeur d'un espace scénique considérablement élargi, focalise l'attention des spectateurs sur un endroit de la scène en particulier, favorise, par ce biais, la transition entre deux scènes simultanées, crée les interactions entre espaces scénique et diégétique qui structurent la conduite de l'action. Aussi la musique offre-t-elle un angle d'analyse intéressant pour interroger les stratégies spatiales mises en oeuvre dans une pièce qui, parce qu'elle fut créée sur un théâtre du mélodrame, mobilisa un personnel dramatique habitué à son protocole de représentation. Une analyse de la présence musicale au sein de La Tour de Nesle permettra ainsi de soulever la question générique, et de déterminer en quoi les procédés musico-spatio-dramatiques relèvent d'un choix délibéré de la part des auteurs, ou obéissent au contraire à un protocole scénique qui aurait fait subir au texte de Dumas et Gaillardet une sorte de « mélodramatisation » forcée. Dans tous les cas, il s'agira d'analyser la musique dans sa capacité à produire de l'espace (symbolique, métaphorique, scénique ou extrascénique) afin de savoir si celle de La Tour de
Document type :
Book section
Complete list of metadatas

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-02482713
Contributor : Roxane Martin <>
Submitted on : Tuesday, February 18, 2020 - 11:29:59 AM
Last modification on : Friday, October 9, 2020 - 2:52:02 PM

Identifiers

  • HAL Id : hal-02482713, version 1

Collections

Citation

Roxane Martin. Espaces et musique dans la Tour de Nesle : le drame "mélodramatisé" ?. Sculpter l'espace, ou le théâtre d'Alexandre Dumas à la croisée des genres, Classiques Garnier, pp.65-78, 2018, 978-2-406-07446-5. ⟨hal-02482713⟩

Share

Metrics

Record views

18