Skip to Main content Skip to Navigation
Conference papers

Espaces en tension pour penser l’émergence d’une notion en construction : l’Open Space dans les pratiques interculturelles d’une enseignante allemande

Résumé : Espace des prescriptions, espace des recommandations, des déclarations, des réalisations (Reuter, 2004) … Mon premier contact avec ces notions s’est fait en 2008 dans le cadre d’une reprise d’études dans un Master 2 à l’Université de Lille 3 dans le laboratoire Théodile-CIREL. À l’époque, en cours de didactiques, Yves Reuter m’a donné l’occasion de faire sens avec ces notions alors inconnues et de remettre en cause les oppositions binaires pour penser les pratiques enseignantes en termes de variations en tension entre ces espaces. Pendant mon doctorat et à présent en tant que maître de conférences, ces espaces multidimensionnels sont devenus emblématiques d’une démarche opératoire de mes recherches pour interroger et comprendre les problèmes qui se posent aux enseignants dans les problématiques interculturelles. Dans cette communication je m’intéresse aux pratiques interculturelles d’une enseignante allemande d’une Grundschule à Frankfurt-am-Main, en enseignement de l’anglais avec des élèves de 4. Klasse (enfants de 10 ans). Comment procède-t-elle, dans les interactions avec les élèves, pour construire des contenus (inter)culturels ? Ma conception de l’interculturel s’inscrit dans une approche dynamique construite, en autres, à partir des travaux d’Abdallah Pretceille qui ont commencé à interroger l’interculturel, dès les années 1980, à partir du préfixe inter- plutôt qu’à partir de la notion de culture. Cette approche valorise l’actualisation des identités et des pluralités par les personnes dans les rencontres, dans les échanges en contextes variés et variables, et notamment dans la classe, espace marqué par les hétérogénéités en interactions, où se passent des choses et où se disent des choses. Pour tenter de répondre à la question, l’étude s’appuie sur des moments choisis issus de trois observations de classe en enseignement de l’anglais et d’un entretien d’auto-confrontation d’une heure avec l’enseignante allemande (données enregistrées et transcrites). Le choix des moments se fait à partir des contenus (inter)culturels enseignés ou émergeant de façon imprévisible qui s’y trouvent. Les moments choisis d’échanges en classe ou lors de l’entretien sont contextualisés et analysés par le biais de l’analyse du discours qui permet d’identifier les dynamiques discursives qui traversent les conceptions d’enseignement et les représentations de l’enseignante, sans que celles-ci ne soient posées comme des vérités immuables. Je m’attache à étudier dans les discours ce qui se dit et comment cela se dit par un relevé des marqueurs discursifs qui donnent à voir la subjectivité (Kerbrat-Orecchioni, 1999). Cette communication donne à voir des manières de faire qui définissent un espace spécifique. Celui-ci s’actualise dans une approche relationnelle entre l’enseignante et les élèves où la « position des objets – ici les contenus (inter)culturels – est fonction des relations des uns aux autres – ici l’enseignante avec les élèves - » (Lebeaume, 2016). Il s’agit d’un espace conçu dans et par les discours qui s’élabore dans une construction interactionnelle – espace des réalisations : l’enseignante fait classe – et dans les discours de l’enseignante en entretien de recherche – espace des déclarations : l’enseignante parle de sa pratique -. Cet espace est la résultante de six dimensions (Lemoine, 2014 : 356), non exhaustives et dont les frontières sont poreuses, qui peuvent se combiner dans le cadre de la classe, sans que cela ne soit systématique. L’enseignante autorise la prise de parole des élèves « dans une ouverture à la fois sur le contenu d’apprentissage ni imposé ni suggéré et sur la forme : chaque élève questionne s’il veut, quand il veut, autant qu’il veut dans une temporalité négociable » (Lemoine, 2015 : 253). Ces spécificités m’ont amenée à proposer le terme d’ « Open Space » (Lemoine, 2014) pour caractériser la démarche de l’enseignante, terme pour lequel il est possible de poursuivre l’exploration et la réflexion dans l’espace offert par ce colloque.
Complete list of metadata

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-02488423
Contributor : Véronique Lemoine Bresson <>
Submitted on : Saturday, February 22, 2020 - 6:15:25 PM
Last modification on : Thursday, February 25, 2021 - 9:54:05 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-02488423, version 1

Collections

Citation

Véronique Lemoine. Espaces en tension pour penser l’émergence d’une notion en construction : l’Open Space dans les pratiques interculturelles d’une enseignante allemande. COLLOQUE INTERNATIONAL - HOMMAGE À YVES REUTER Invention d'espaces de travail entre chemins individuels et pistes collectives, CIREL-Théodile, May 2017, Villeneuve d'Ascq, France. ⟨hal-02488423⟩

Share

Metrics

Record views

40