Skip to Main content Skip to Navigation
Conference papers

Espace métis de (dé)construction de la notion d’interculturel en Master MEEF

Résumé : La notion d’interculturalité est aujourd’hui fréquemment présente dans les maquettes des Master Métiers de l’Enseignement, de l’Education et de la Formation. Cette année en France, l’interculturalité fête ses 40 ans (2016). Née au début des années 1970 et véhiculée par les discours du Conseil de l’Europe, la notion est longtemps resté rattachée au thème de la migration. Dans un premier temps, les approches culturalistes héritées de concepts étasuniens comme le pattern of culture (Benedict, 1950) amenaient à penser le monde de façon figée, folklorisante et catégorisante. En éducation, dans les années 1980, le phénomène s’impose dans une approche dynamique à travers les nombreux travaux d’Abdallah Pretceille qui ont commencé à interroger l’interculturalité à partir du préfixe inter- plutôt qu’à partir de la notion de culture. Cette approche valorise l’actualisation des identités et des pluralités par les personnes dans les rencontres, dans les échanges en contextes variés et variables. Cette approche n’est pas anodine : au-delà de l’intérêt de la notion en langues en tant que discipline scolaire, l’hétérogénéité actuelle des publics scolaires rend légitime sa compréhension et sa construction dans le cadre de la classe, pour une prise en compte de la diversité des élèves. Ce qui peut expliquer l’émergence de l’interculturalité dans les contenus de formation des futurs professionnels de l’éducation. À l’ESPÉ de Lorraine, une UE « Langues et interculturalité » est proposée en option aux étudiants de Master 2 du Parcours Enseignement et Pratiques Accompagnées (PEPA), à hauteur de 64 heures, et de façon obligatoire aux étudiants du parcours Ingénierie Pédagogique (IP), à raison de 27 heures. À l’ESPÉ Lille Nord de France, la formation à l’interculturalité trouve sa place dans une UE de 30 heures « Contexte d’exercice du métier et langues étrangères » pour les étudiants du Master Pilotage des Organisations Scolaires et Éducatives en France et à l’International (POSEFI). La forte présence de l’interculturalité dans les maquettes ne résout cependant pas la question de la définition du terme qui renvoie fréquemment dans les discours communs à la rencontre des cultures différentes dans une vision essentialiste, à l’ouverture aux cultures différentes dans une vision idéaliste. Comment la définition de l’interculturalité s’actualise-t-elle dans les échanges entre les étudiants, dans les tensions entre les conceptions personnelles et le collectif, entre les discours communs et les apports théoriques ? Pour cette communication, je vais plus particulièrement interroger l’espace de production de sens par les étudiants dans la (dé)construction de la notion où se tissent, se défont sans cesse des affirmations, des interrogations, des remises en question dans une temporalité de septembre à décembre 2016. Il s’agit d’un espace de rencontre des représentations, d’énonciation d’idées fluides et mouvantes, parfois contraires, dans un perpétuel mouvement de va-et-vient, en contexte de formation initiale. Ces oscillations dans la (dé)construction de l’interculturalité constituent l’espace métis nécessaire au processus de compréhension et de construction du sens de la notion. Cette communication vise à interroger les discours et les travaux d’étudiants de l’ESPÉ de Lorraine sur les sites de Nancy et de Metz en cours de l’UE « langues et Interculturalité », dont je suis responsable. L’objectif est de décrire d’une part les représentations des étudiants et de rendre compte, d’autre part, de leur actualisation qui se co-construit dans les échanges par une analyse de leurs discours. L’analyse des discours s’intéresse à ce qui est dit et également comment cela est dit dans les négociations, les (dés)accords entre les étudiants pour donner forme – dans une « instabilité chronique » (Laplantine et Nouss, 2001) - à l’espace métis de (dé)construction de l’interculturel. Les données sont constituées de travaux de 31 étudiants de Master IP et 23 étudiants de Master PEPA, à partir d’activités de brainstorming, de réalisation de posters, de lecture d’articles scientifiques - Abdallah Pretceille (1999), Machart (2013) et d’une analyse des rapports entretenus entre la littérature, le cinéma et l’interculturalité. Les résultats apportent un éclairage sur les fortes variations dans les représentations initiales de la notion, avec en même temps une focalisation sur des termes-clés communs aux étudiants, une oscillation entre des continuités et des ruptures dans les conceptions et l’influence de travaux théoriques sur leurs positionnements discursifs. Une notion en voie de se renouveler émergerait-elle en contexte de formation initiale des futurs enseignants ?
Complete list of metadatas

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-02488432
Contributor : Véronique Lemoine Bresson <>
Submitted on : Saturday, February 22, 2020 - 6:22:19 PM
Last modification on : Sunday, February 23, 2020 - 1:27:05 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-02488432, version 1

Collections

Citation

Véronique Lemoine. Espace métis de (dé)construction de la notion d’interculturel en Master MEEF. COLLOQUE INTERNATIONAL - HOMMAGE À YVES REUTER Invention d'espaces de travail entre chemins individuels et pistes collectives, CIREL-Théodile, May 2017, Villeneuve d'Ascq, France. ⟨hal-02488432⟩

Share

Metrics

Record views

22