Skip to Main content Skip to Navigation
Journal articles

Voir, juger, découvrir : la place du regard dans la Querelle du Cid

Résumé : La Querelle du Cid s'ouvre et se clôt sur une mise en cause du regard des spectateurs : dans les Observations sur le Cid, Scudéry déplore les « beautés d'illusion » qui ont abusé le peuple comme les « honnêtes gens », et dans sa réponse à Balzac, il évoque des « beautés [de la poésie] que tous les yeux n'aperçoivent pas1 ». L'oeil des spectateurs peut donc être trompé ou aveuglé-et tous les yeux n'ont pas la même capacité de discernement. Scudéry est loin d'être le seul dans la controverse à construire son argumentation, ou une partie de celle-ci, sur ce qui a été vu lors de la représentation, sur la perception du spectateur ou sur ce que la pièce a exposé à la vue du public. Depuis le début de la Querelle, et probablement depuis les premières représentations, jusqu'à sa fin, le regard ne cesse d'occuper, et aussi d'ordonner, à des degrés divers, les prises de position. Qu'il fonctionne comme un noeud polémique transparaît notamment dans le titre d'une publication anonyme : Le Souhait du Cid en faveur de Scudéry : une paire de lunettes pour faire mieux ses Observations. Certes le terme de « lunette » s'est déjà rencontré dans la littérature de controverse2, mais il fait affleurer dans le titre du poète dramaturge le sème du regard ou de la vision, qui, dans l'usage d'« observation », demeure en retrait par rapport à l'obéissance à une règle ou à la remarque que l'on fait sur une chose ou sur un écrit. Au-delà de cette pointe à laquelle il ne faut peut-être pas donner trop d'importance, toute une partie des débats tourne autour de la vision, de ce qu'on voit et perçoit, mais aussi de ce que l'on peut montrer (au théâtre, ou à la cour d'Espagne) ou de ce qui doit être mis en scène. Cette forte présence du regard dans les textes pourrait n'être qu'un effet de la logique entropique de la Querelle, les défenseurs reprenant un à un les arguments des attaquants et réciproquement. Loin de signaler un point de discorde réel, la centralité de la question de la perception serait seulement un effet de la dynamique rhétorique propre à la polémique. Cependant, comme on le verra, le regard est toujours, explicitement ou non, articulé à la question du jugement, et par là il touche à une question majeure qui sous-tend et explique la Querelle3. Aussi peut-on supposer que la Querelle du Cid fonctionne comme un moment de mise au point théorique sur le regard du spectateur, comme un événement révélateur d'un état des pensées et des représentations de la vision. L'oeil abusé par un éclat trompeur Les premières lignes des Observations assignent au regard un rôle décisif dans le succès, jugé usurpé et injustifié, de la pièce : Il est de certaines pièces, comme de certains animaux qui sont en la nature, qui de loin semblent des étoiles, et qui de près ne sont que vermisseaux. Tout ce qui brille n'est pas toujours précieux ; on voit des beautés d'illusion, comme des beautés effectives, et souvent l'apparence du bien se fait prendre pour le bien même. Aussi ne m'étonné-je pas beaucoup que le peuple, qui porte le jugement dans les yeux, se laisse tromper par celui de tous les sens le plus facile à décevoir. Mais que cette vapeur grossière qui se forme dans le parterre, ait pu s'élever jusqu'aux galeries, et qu'un fantôme ait abusé le savoir comme l'ignorance, et la cour aussi bien que le bourgeois, j'avoue que ce prodige m'étonne, et que ce n'est qu'en ce bizarre événement que je trouve Le Cid merveilleux.4 Le point de départ de l'argumentation de Scudéry est l'erreur provoquée par la vision de loin ou par une apparence trompeuse : on ne peut pas se fier au seul regard pour discerner la vérité. L'idée, éminemment baroque et dans laquelle on pourrait voir un retournement ironique de L'Illusion comique, est ensuite appliquée à la représentation de la tragi-comédie de Corneille et articulée à la hiérarchie sociale par sa transposition dans l'architecture de la salle de théâtre. Le défaut de la vision, la propension du regard à être trompé, concerne avant 1 Cette lettre est publiée en 1638, chez Augustin Courbé à Paris, avec celle que Balzac avait adressée à Scudéry et la lettre de ce dernier « à ces Messieurs de l'Académie française, sur le Jugement qu'ils ont fait du Cid ». La citation se trouve p. 1106 de l'édition procurée par Jean-Marc Civardi (La Querelle du Cid, Paris, Champion, 2004) ; sauf mention contraire, pour les textes de la Querelle, je me réfère à cet ouvrage et je les indiquerai de la manière suivante : Querelle, p. 1106. J'en ai modernisé l'orthographe, la typographie et la ponctuation. 2 J.-M. Civardi le signale en note (Querelle, p. 663). 3 Comme l'a montré Hélène Merlin-Kajman dans Public et littérature en France au XVII e siècle ([1994], Paris, Les Belles Lettres, 2004), la Querelle du Cid cristallise des pensées opposées sur le jugement légitime, et avec elles, des conceptions distinctes du public. 4 Querelle, p. 367-368. Sur ces lignes, voir l'analyse d'H. Merlin-Kajman, op. cit., p. 171-176, que je reprends ici.
Document type :
Journal articles
Complete list of metadatas

Cited literature [15 references]  Display  Hide  Download

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-02903447
Contributor : Maria Macedo <>
Submitted on : Tuesday, July 21, 2020 - 10:08:59 AM
Last modification on : Wednesday, October 28, 2020 - 7:58:02 AM
Long-term archiving on: : Tuesday, December 1, 2020 - 2:29:14 AM

File

12 THOURET Regard Querelle Cid...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-02903447, version 1

Collections

Citation

Clotilde Thouret. Voir, juger, découvrir : la place du regard dans la Querelle du Cid. Littératures classiques, Société de littératures classiques (SLC) / différents éditeurs, 2013, L’œil classique. Regards croisés sur le XVIIe siècle, pp.99-111. ⟨hal-02903447⟩

Share

Metrics

Record views

33

Files downloads

46