Skip to Main content Skip to Navigation
Other publications (Book Review)

« Martine Benoît / Carola Hähnel-Mesnard (éd.), Thomas Mann au tournant du siècle, Germanica 60/2017»

Résumé : Thomas Mann au tournant du siècle. Textes réunis par Martine Benoit et Carola Hähnel-Mesnard, Germanica 60/2017 Ce volume de Germanica est dû à la présence de Thomas Mann, et plus précisément des récits brefs de sa première période (Frühe Erzählungen), au programme de l'agrégation, incitant les germanistes français (rejoints, dans ce volume, par un certain nombre de collègues d'autres pays) à s'intéresser-de nouveau-à une production où Mann n'est pas encore le Großschriftsteller qu'il allait devenir, mais où transparaissent déjà la plupart des thèmes forts qui ne devaient cesser de l'occuper toute sa vie durant. Confrontés à la grande oeuvre à venir, ou déjà existante (à partir de 1901, avec les Buddenbrooks), ces premiers textes peuvent être tenus pour mineurs-Mann lui-même a eu tendance à les considérer comme tels. Par ailleurs, l'entité qui résulte de l'assemblage de ces textes est sujette à caution : Bénédicte Terrisse (Nantes) le montre très judicieusement dans son article liminaire en soulignant le statut épistémologique délicat du recueil (« une construction des éditeurs, un dispositif scientifique »). Il n'en reste pas moins que ces récits, après avoir reçu un accueil positif de la part des lecteurs, ont également été revalorisés, plus tard, par l'auteur lui-même et doivent être conçus, selon Terrisse, moins comme des oeuvres mineures que comme des « miniatures » où se croisent, en un espace réduit, références autobiographiques et thèmes récurrents de l'auteur. La contribution de Sylvie Grimm-Hamen (Nancy), qui s'intéresse aux « émotions et couleurs du temps » dans les récits de Mann, inscrit l'auteur dans le courant impressionniste dont Hermann Bahr, prônant un « art des nerfs » (Nervenkunst), fut le principal promoteur, et dégage en même temps les techniques par lesquelles Mann s'en écarte : la « sensibilité climatique » des protagonistes doit être lue comme le fruit d'une « scénographie des émotions » dont l'intérêt n'est pas une référentialité directe-le temps reflétant l'humeur de celui qui le perçoit-mais une relation ambiguë, voire un « hiatus » qui, fréquemment, traduit une mise en question du caractère « symbolique » des descriptions climatiques et paysagères-et suggère, chez certains protagonistes, un égocentrisme contraire à toute ouverture au monde ambiant. Impossible de lire l'oeuvre du jeune Thomas Mann sans tenir compte de l'influence fondamentale qu'a exercée sur lui ce qu'il appelait le Dreigestirn (les « trois étoiles ») Wagner, Schopenhauer et Nietzsche. Plusieurs contributions mettent le dialogue avec Nietzsche au centre de leurs réflexions. C'est le cas de Benjamin Biebuyck (Gand) qui, analysant le récit Der Wille zum Glück, parle d'un « tissu intertextuel » où interviennent deux narrateurs distincts dont l'un, le « (méta-)narrateur silencieux », déconstruit le texte (nietzschéaniste) de l'autre, le « narrateur-moi qui parle ». Le rapport avec Nietzsche est l'objet d'autres contributions encore, notamment de celle de Julian Reidy (Genève), qui mène de front une réflexion sur les techniques du comique développées par Mann et sur le traitement du Dreigestirn au sein de l'écriture comique et/ou ironique (Reidy pointe l'indétermination conceptuelle de Mann à propos de la différence entre ces deux notions), Mann déclinant plusieurs formes de relativisation et de distanciation par rapport aux modèles notamment wagnérien et nietzschéen. Nietzsche est également présent-en arrière-plan-dans la contribution de Joëlle Stoupy (Boulogne) sur les réflexions esthétiques dans Gladius Dei et Beim Propheten. Dans Gladius Dei, le plus intéressant des deux textes, se fait jour une critique ambiguë du renaissancisme de l'époque, largement tributaire de Nietzsche (et, à travers lui, de Burckhardt) : le protagoniste apparaît jusqu'à un certain degré comme le porte-parole des conceptions de Mann, mais cette fonction est relativisée par le caractère excessif, outré de son attitude.
Mots-clés : Thomas Mann
Document type :
Other publications (2)
Complete list of metadata

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-02919113
Contributor : Konrad Harrer <>
Submitted on : Friday, October 9, 2020 - 11:53:56 AM
Last modification on : Friday, October 9, 2020 - 2:27:37 PM
Long-term archiving on: : Sunday, January 10, 2021 - 6:30:59 PM

File

Thomas Mann, note de lecture K...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-02919113, version 1

Collections

Citation

Konrad Harrer. « Martine Benoît / Carola Hähnel-Mesnard (éd.), Thomas Mann au tournant du siècle, Germanica 60/2017». 2018, p. 247-250. ⟨hal-02919113⟩

Share

Metrics

Record views

52

Files downloads

19