Skip to Main content Skip to Navigation
Journal articles

Impacts de la violence au travail selon l’identité de genre des victimes : étude exploratoire

Abstract : Résumé Introduction : Les conséquences psychologiques de la violence au travail sont multiples et ont été souvent décrites dans la littérature. Dans notre recherche, ces différences sont analysées en fonction de l’identité de genre des victimes. Ce concept distingue quatre types d’identité : les typés féminins, masculins, androgynes et indifférenciés. Objectifs : L’objectif de cet article est de mettre en évidence le lien entre l’identité de genre de salarié(e)s victime(s) d’agressions sur leur lieu de travail et l’intensité de l’impact traumatique. Les spécificités liées à chacune de ces identités de genre nous conduisent à poser les hypothèses suivantes. Les sujets (homme versus femme) disposant d’une identité de genre féminine seront rendus moins vulnérables que les autres aux effets d’une agression (hypothèse 1). Un résultat similaire est attendu pour les sujets disposant d’un schème identitaire de type androgyne (hypothèse 2). Inversement, les sujets typés masculins et typés indifférenciés seront particulièrement touchés psychologiquement par les effets de la violence et leur niveau de stress post-traumatique sera plus important que ceux des sujets à schèmes identitaires féminins et androgynes (hypothèse 3). Méthode : L’identité de genre des sujets a été évaluée à l’aide du Bem Sex Role Inventory (Bem, 1974) et les caractéristiques de l’impact psychotraumatiques à l’aide d’une version révisée de l’échelle d’Horowitz : l’Impact Events Scale Revised. Notre étude porte sur un échantillon de 367 salariés : 230 ont été victimes d’agressions, 137 n’ont jamais vécu d’agression. Résultats : Les résultats obtenus montrent que les salariés victimes d’agressions présentent des scores significativement plus importants à l’IES-R que les salariés n’ayant jamais fait l’objet de violence sur leur lieu de travail. Cette différence s’observe pour toutes les dimensions de l’IES-R qu’il s’agisse de symptômes d’intrusion, d’évitement et d’hypersensibilité. Les analyses montrent, en outre, que ce sont les sujets avec une identité de genre indifférenciée et masculine qui présentent des scores les plus importants par opposition aux sujets avec une identité de genre androgyne et féminine. Conclusion : La prise en compte de l’identité de genre dans la problématique globale de la violence au travail, s’avère être une dimension intéressante à considérer pour une compréhension plus fine encore des impacts psychotraumatiques sur les salariés victimes et dans un second temps pour leur prise en charge. Si cela met en lumière un nouveau paramètre permettant la mesure et la compréhension des effets de la violence au travail, il est nécessaire d’être prudent quant à sa possible généralisation qui supposerait préalablement de répliquer l’étude dans des contextes professionnels différents. Toutefois, cette étude a le mérite de proposer un nouvel angle de compréhension et de proposition de prise en charge psychothérapeutique. Enfin, il serait intéressant de voir les effets d’une prise en charge psychothérapeutique, à court et à long terme en fonction de l’identité de genre.
Document type :
Journal articles
Complete list of metadatas

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-02943823
Contributor : Cyril Tarquinio <>
Submitted on : Sunday, September 20, 2020 - 9:54:39 PM
Last modification on : Tuesday, October 13, 2020 - 10:47:59 AM

Identifiers

Collections

Citation

M. Tragno, Y. Ferreira, P. Tarquinio, A. Duveau, C. Tarquinio. Impacts de la violence au travail selon l’identité de genre des victimes : étude exploratoire. European Journal of Trauma & Dissociation, 2017, 1 (4), pp.255-262. ⟨10.1016/j.ejtd.2017.09.001⟩. ⟨hal-02943823⟩

Share

Metrics

Record views

21