Skip to Main content Skip to Navigation
Book section

Arsène Lupin à l’Athénée (1908) : un spectacle populaire entre répétitions et innovations

Résumé : On retrouve dans la pièce Arsène Lupin de 1908 deux facettes du théâtre policier : il s’agit de résoudre une énigme, mais en parallèle, le public est témoin de méfaits, à la différence près qu’il ne souhaite absolument pas que le cours de celui-ci s’arrête. Les auteurs, Maurice Leblanc et Francis de Croisset, ont proposé une intrigue policière dont le nom du coupable – Arsène Lupin – était connu d’avance, alors que le genre policier fonctionne habituellement sur le mode inverse : un délit est commis et l’intérêt de la trame narrative tient dans la recherche du coupable. La pièce de 1908 met aussi en relief l’intérêt d’Arsène Lupin pour les nouvelles technologies de son époque, un intérêt qui se retrouvera dans de nombreuses adaptations médiatiques, parfois anachronique, comme on peut le voir par exemple dans l’épisode « Arsène Lupin contre Herlock Sholmès » (ORTF, avril 1971) avec Georges Descrières. Arsène Lupin, déguisé en Maxime Bermond, y organise dans son salon une projection privée du film d’« un jeune cinéaste allemand » : Fritz Lang (Docteur Mabuse le joueur) avant de diffuser des programmes de la TSF. Une pièce mise en scène récemment à Paris au théâtre Michel, fin 2014, a tout particulièrement joué sur les circulations médiatiques, puisqu’il s’agit d’une adaptation de la pièce de 1908 à laquelle sont mêlées des références au canon littéraire et à la série de l’ORTF. Tout comme la série télévisée, le début de la pièce est joué en théâtre d’ombres, et les chansons « l’Arsène » et « Gentleman Cambrioleur », interprétées pour la série télévisée par Jacques Dutronc, sont chantonnées à plusieurs reprises sur scène ou sont diffusées via un faux poste de TSF. Cette adaptation de la pièce de 1908 révèle que d’un siècle à l’autre le gentleman cambrioleur reste toujours aussi moderne et spectaculaire, demeurant plus que jamais aux croisements des divertissements populaires. L’objet de cette étude est de revenir plus précisément sur la création et la réception de la pièce de 1908, en interrogeant les répétitions et les innovations qui vont construire la popularité intermédiatique du personnage de Lupin dans l’imaginaire collectif, lors de ses premières années de vie. Arsène Lupin est un être et une œuvre composites, tous deux nés de répétitions, car dans les romans et les spectacles populaires « les choses répétées plaisent » sans pour autant y voir du plagiat. Le genre policier propose inlassablement « les mêmes univers, les mêmes types de personnages, les mêmes péripéties » et la répétition est une notion fondamentale pour en comprendre la logique de création et de réception. Cependant, l’innovation n’est jamais bien loin de la répétition, ce qui fait de Lupin un héros – et la pièce de théâtre un spectacle – uniques, bien qu’implicitement et explicitement liés aux deux héros britanniques du genre policier que sont Raffles et Sherlock Holmes.
Complete list of metadatas

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-02963596
Contributor : Caroline Renouard <>
Submitted on : Saturday, October 10, 2020 - 6:55:07 PM
Last modification on : Tuesday, October 13, 2020 - 3:33:49 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-02963596, version 1

Collections

Citation

Caroline Renouard. Arsène Lupin à l’Athénée (1908) : un spectacle populaire entre répétitions et innovations. Pascale Alexandre; Martin Laliberté. Les archives de la mise en scène : spectacles populaires et culture médiatique (1870-1950), Presses Universitaires du Septentrion; Colloque de Cerisy, pp.75-88, 2016, Arts du spectacle – Images et sons, 2-7574-1369-4. ⟨hal-02963596⟩

Share

Metrics

Record views

5