Skip to Main content Skip to Navigation
Book section

À effet spécial, affect spécial ? La réception critique de King Kong (1933, 1976, 2005)

Résumé : King Kong est-il le monstre des émotions fortes ? Les spectateurs de 1933 étaient-ils aussi épouvantés devant la créature que les cris de Fay Wray ont-pu nous le laisser entendre ? Le fruit de cet article découle d’une volonté d’explorer les différents registres sémantiques des émotions décrites face à un film contemporain et un film ancien. Les émotions ressenties aujourd’hui devant un film sont-elles dépeintes différemment de celles ressenties hier ? Quand nous regardons aujourd’hui un film d’hier, nos émotions correspondent-elles à celles alors mises en avant lors du premier contexte de projection ? Sans chercher à proposer une historiographie des émotions des spectateurs au cinéma, nous avons néanmoins souhaité entamer ici une réflexion reposant sur une « archéologie des émotions » qui résulte de la réception critique de trois films consacrés à King Kong : King Kong de Merian C. Cooper et Ernest B. Schoedsack (1933) et ses deux remakes , celui de John Guillermin (1976) et de Peter Jackson (2005). Ce corpus nous permet de croiser une double analyse. D’une part, il offre la possibilité d’observer comment la réception du King Kong de 1933 a pu évoluer avec le temps, puisque les sorties des films de 1976 et 2005 fournissent l’occasion de revenir à chaque fois sur le film originel . D’autre part, il s’agit aussi de questionner une « évolution » du regard du spectateur, et donc potentiellement de ses émotions, pour trois films qui arrivent à des moments singuliers de l’histoire du cinéma : le parlant, les blockbusters, la motion et performance capture numérique. Nous avons donc constitué pour ce travail un premier corpus de soixante-dix articles français, sans pouvoir viser évidemment l’exhaustivité . Nous avons fait le choix ici d’analyser les émotions qui transparaissent dans les critiques françaises professionnelles contemporaines à la sortie ou à la ressortie des films, qu’elles aient été publiées dans la presse spécialisée ou généraliste . La critique est-elle le lieu des émotions ? Le critique doit-il évoquer ses propres émotions dans son texte ? On peut ainsi partir de l’hypothèse que la critique aborde au moins une émotion centrale au cinéma, celle du plaisir, ou du déplaisir, plus ou moins grand, ressenti à la vision d’un film.
Complete list of metadatas

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-02963598
Contributor : Caroline Renouard <>
Submitted on : Saturday, October 10, 2020 - 7:14:32 PM
Last modification on : Wednesday, October 14, 2020 - 3:27:58 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-02963598, version 1

Citation

Caroline Renouard, Réjane Hamus-Vallée. À effet spécial, affect spécial ? La réception critique de King Kong (1933, 1976, 2005). Martin Barnier; Isabelle Le Corff; Nedjma Moussaoui. Penser les émotions : cinéma, séries, nouvelles images, L'Harmattan, pp.73-92, 2016, Champs Visuels, 978-2-343-09527-1. ⟨hal-02963598⟩

Share

Metrics

Record views

5