Gender Gap in Numeracy and the Role of Marital Status. Evidence from 19th century France - Université de Lorraine Access content directly
Journal Articles Revue d'économie politique Year : 2020

Gender Gap in Numeracy and the Role of Marital Status. Evidence from 19th century France

Disparités hommes-femmes en numératie et rôle du statut marital. Témoignage du cas français au 19ème siècle

Abstract

Evidence of conventional human capital indicators (e.g. literacy, educational attainment, years of schooling) by marital status is rare or inexistent for the period prior to the 20th century. An indicator of human capital frequently used for the pre-1900 period is the age heaping. We employ this method to chart and analyze the heterogeneity and gender-specific differences of cognitive abilities (numeracy) across France in the mid- 19th century by marital status. We find that married women heap significantly less than unmarried women, while single men heap less than married men. We explore the reliability of four hypotheses to explain those differences. We find that married and non-married women’s data are prone to bias and must be used carefully when accounting for basic numeracy skills. Yet, we find a robust correlation between literacy and numeracy. Our findings suggest that married women’s numeracy skills are more closely linked with indicators of human capital, e.g. enrollment rates, than non-married women’s and men’s numeracy skills.
Les indicateurs de capital humain conventionnellement utilisés dans les études de long terme (e.g. taux d’alphabétisation, niveau d’instruction, nombre d’années de scolarisation) sont rarement disponibles par statut marital, voire inexistants. Un indicateur de capital humain fréquemment utilisé pour les périodes antérieures au 20ème siècle est l’« attraction des âges ». Nous utilisons cette méthode pour analyser et représenter graphiquement l’hétérogénéité des capacités cognitives et différences observées en termes de genre et par statut marital en France au milieu du 19ème siècle. Les indices calculés montrent que les femmes mariées « accumulent » significativement moins que les femmes célibataires, alors que les hommes mariés « accumulent » davantage que les hommes célibataires. Nous explorons la validité de quatre hypothèses pour expliquer ces différences. Nos résultats montrent que les données concernant les femmes mariées et célibataires sont sujettes à des biais et qu’elles doivent, en conséquence, être utilisées avec précaution pour mesurer les compétences de bases en numératie. Nous trouvons malgré tout qu’il existe une corrélation robuste entre taux d’alphabétisation des individus et capacités en numératie. Nos résultats suggèrent que les aptitudes en calcul des femmes mariées sont davantage corrélées avec les indicateurs classiques de capital humain, comme le taux de scolarisation, que ne le sont les aptitudes des femmes célibataires et celles des hommes.

Dates and versions

hal-03208148 , version 1 (26-04-2021)

Identifiers

Cite

Faustine Perrin. Gender Gap in Numeracy and the Role of Marital Status. Evidence from 19th century France. Revue d'économie politique, 2020, 130 (1), pp.51-76. ⟨10.3917/redp.301.0051⟩. ⟨hal-03208148⟩
58 View
0 Download

Altmetric

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More