Living in Space - Archive ouverte HAL Access content directly
Conference Papers Year :

Living in Space

Habiter l'Espace

(1)
1
Gatien Gambin

Abstract

In its use of climate change as a narrative device, climate fiction has frequently made Earth uninhabitable to the point that humanity had to rethink its habitat. That is how such fictions as "La Cité Saturne", "Shangri-La", "An Unkindness of Ghosts", "The Book of Joan", "Nos Temps contraires" or "Brink" imagine the space city as a replacement habitat for an humanity which abandoned its planet. This life – or this survival – of human groups inside spaceships or orbital stations that looks as space megacities are far away from the fantasy of a rural life in space transmitted through techno-pastoral iconography from the book "The High Frontier" (O’Neill, 1977). This fundamental difference can be interpreted as a choice: to transpose the urban model to a space environment, even if space city’s representation come with some ambivalences. Indeed, to depict the city as the solution for humanity’s survival is choosing to make it the ultima human habitat. It would be both its last resort and, in a teleological way, the Urbanocene’s outcome outside the atmosphere. Yet, space city does not look like a happy solution. It extracts humans from an inhospitable place to install them in a closed, anxietyprovoking and frequently dystopian place. Space cities inhabitant chokes in this replacement environment. He dreams to come back on Earth. Then narrative is filled with a solastalgical feeling that express a contesting discourse about urban model, near to a form of ecological neoromantism. Thus, these fictions about space plan B question the contemporary ecumene and interrogate this « relation between humanity and its Earth territory » (Berque, 1993) in our era with its exacerbated urbanity.
Dans son usage de la crise climatique comme levier narratif, la climate-fiction a souvent rendu la Terre inhabitable au point de forcer l’humanité à repenser son habitat. Des œuvres comme "La Cité Saturne", "Shangri-La", "An Unkindness of Ghosts", "The Book of Joan", "Nos Temps contraires" ou "Brink" envisagent ainsi la ville spatiale comme habitat de substitution pour une humanité orpheline de sa planète. Cette (sur-)vie de groupes humains dans des vaisseaux spatiaux ou des stations orbitales semblables à des mégalopoles spatiales est loin du fantasme d’une vie champêtre dans l’espace véhiculé par l’iconographie techno-pastorale qui accompagna l’ouvrage "Les Villes de l’espace" (O’Neill, 1977). Dans cet écart, peut se lire un choix : celui de transposer le modèle urbain au contexte spatial, même si la représentation de la ville orbitale ne va pas sans une certaine ambivalence. C’est cette ambivalence que j'analyse, dans ses formes et ses enjeux. En effet, faire de la ville la solution à la survie de l’humanité revient à en faire l’habitat ultime de l’être humain. Elle serait à la fois son dernier recours et, dans une perspective téléologique, l’aboutissement de l’Urbanocène hors de l’atmosphère. Pour autant, la ville spatiale n’est pas une solution heureuse. Si elle extrait l’humain d’un lieu inhospitalier, c’est pour l’installer dans un espace restreint, anxiogène et souvent dystopique. L’habitant des villes spatiales étouffe dans cet environnement de substitution et rêve de revenir sur Terre. Le récit s’imprègne alors d’un sentiment nostalgique qui témoigne d’une contestation du modèle urbain dans une forme de néo-romantisme écologique. Ainsi, ces fictions du plan B spatial questionnent l’écoumène contemporain et interrogent la « relation de l’humanité à l’étendue terrestre » (Berque, 1993) dans notre époque à l’urbanité exacerbée.
Not file

Dates and versions

hal-03250611 , version 1 (04-06-2021)

Identifiers

  • HAL Id : hal-03250611 , version 1

Cite

Gatien Gambin. Habiter l'Espace : exploration du modèle urbain dans les fictions du plan B spatial. La ville dans les fictions climatiques, colloque organisé dans le cadre du projet PARVIS de l'I-Site Future, Irène Langlet; Nadège Pérelle, May 2021, Champs-Sur-Marne, Université Gustave Eiffel, France. ⟨hal-03250611⟩
32 View
0 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More