Pill or needle? : Determinants of the preference for long-acting Injectionover oral treatment in people facing chronic illness - Archive ouverte HAL Access content directly
Master Thesis Year : 2018

Pill or needle? : Determinants of the preference for long-acting Injectionover oral treatment in people facing chronic illness

Pilule ou aiguille ? : les déterminants de la préférence pour un traitement injectable à action prolongée plutôt qu'oral chez les personnes atteintes d'une maladie chronique

(1)
1

Abstract

Bien que l'injection à action prolongée (LAI) soit présentée comme une option de traitement de première intention pour les patients atteints de psychose, les attitudes négatives à l'égard de cette galénique ont un impact négatif sur le choix de cette option de traitement. Ces attitudes négatives ne se retrouvent pas exclusivement auprès de patients mais sont également observées dans la population générale. Une étude en ligne portant sur 1 807 personnes a été menée au cours de laquelle les participants ont imaginé être atteints d'une maladie chronique, basée sur des vignettes cliniques descriptives (maladies mentales : schizophrénie, dépression récurrente ; maladies somatiques : sclérose en plaques, polyarthrite rhumatoïde). La fréquence des rechutes et l'intensité des symptômes ont été manipulées expérimentalement dans les vignettes. Les participants ont ainsi évalué leur détresse subjective associée à chaque vignette, leur préférence en matière de traitement ainsi que leur conviction quant à son efficacité. Nous avons examiné dans quelles conditions l'injection à action prolongée était préférée aux comprimés. Les résultats ont montré que les participants préféraient le traitement injectable aux comprimés dans 40,5% à 50,8% des cas. L'injection à action prolongée était plus volontiers choisie pour les maladies avec une faible fréquence de rechute, un ressenti de stress faible, ainsi que pour les maladies somatiques plutôt que pour les maladies mentales. L'avantage perçu pour le traitement injectable à action prolongée par rapport aux comprimés et la conviction d'une efficacité supérieure ont été les principaux facteurs à l'origine de la préférence pour celui-ci. Bien que tenant compte de certains avantages de l'injection à action prolongée, ses représentations négatives dans la population pourraient en partie influer sur les préjugés des patients à son égard. Ces attitudes doivent être nommées et discutées avec les patients lorsque l'injection à action prolongée semble représenter une option thérapeutique pertinente.
Fichier principal
Vignette du fichier
BUMED_T_2018_BEHR_GUILLAUME.pdf (1.69 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

hal-03297448 , version 1 (23-07-2021)

Identifiers

  • HAL Id : hal-03297448 , version 1

Cite

Guillaume Behr. Pilule ou aiguille ? : les déterminants de la préférence pour un traitement injectable à action prolongée plutôt qu'oral chez les personnes atteintes d'une maladie chronique. Médecine humaine et pathologie. 2018. ⟨hal-03297448⟩

Collections

UNIV-LORRAINE
8 View
25 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More