Skip to Main content Skip to Navigation
Master thesis

Infiltration cicatricielle continue pré-uterine versus morphine intrathécale dans l'analgésie postoperatoire des césariennes programmées

Résumé : INTRODUCTION : La césarienne est une chirurgie responsable de douleurs postopératoires sévères. Une prise en charge multimodale de la douleur est indispensable pour favoriser une mobilisation précoce, limiter les douleurs chroniques et favoriser le développement du lien mèreenfant. Le but de ce travail était d'évaluer l'intérêt de l'utilisation d'un cathéter péricicatricel en association ou non à la morphine intrathécale. Le critère de jugement principal était la consommation postopératoire de morphine à 48h. Les critères de jugement secondaires étaient les scores de douleurs, les effets secondaires et la douleur chronique. MATÉRIEL ET MÉTHODE : Cinquante-neuf patientes bénéficiant d'une césarienne programmée sous rachianesthésie ont été inclues de mars 2014 à juillet 2017 et randomisées en 3 groupes (morphine intrathécale, cathéter, morphine intrathécale-cathéter). Une rachianesthésie associant 10 mg de bupivaicaine 0,5% et 3 μg de sufentanil était systématiquement réalisée ainsi que la pose d'un cathéter multiperforé. Le groupe 1 (morphine) recevait 100 μg morphine intrathécale et du sérum physiologique dans le cathéter. Le groupe 2 (cathéter) recevait du sérum salé en intrathécal et de la ropivacaine 0,2% dans le cathéter. Le groupe 3 (morphine et cathéter) recevait 100 μg morphine intrathécale et de la ropivacaine 0,2% dans le cathéter. Une analgésie multimodale par paracétamol, AINS et PCA morphine relayée par de la morphine per os était systématiquement associée. Les analyses statistiques ont été réalisées par des tests ANOVA, GLM et Kruskal-Wallis. RÉSULTATS : La consommation de morphine moyenne à 48h post-opératoire était respectivement de 8,10 mg (+/-9,9) ; 20,9 mg (+/-10,8) et 8,07 mg (+/- 8,91) dans les groupes 1, 2 et 3. La consommation de morphine était significativement moindre dans les groupes 1 et 3 comparés au groupe 2 (p ≤ 0,01) alors qu'elle n'était pas statistiquement différente entre les groupes 1 et 3 (p=1). Aucune différence significative n'était observée entre les groupes en termes de scores de douleurs au repos et au mouvement ni d'effets secondaires au cours des 48h post-opératoires. Trois mois après la césarienne respectivement 31%, 69% et 47% des femmes rapportaient une douleur persistante dans les groupes 1, 2 et 3 sans différence significative. CONCLUSION : La morphine intrathécale reste le gold standard de l'analgésie postopératoire de la césarienne programmée. L'association morphine intrathécale-cathéter péricicatriciel n'apporte pas de bénéfice supplémentaire en termes de consommation de morphine, de scores de douleurs ou d'incidence des effets secondaires comparée à la morphine intrathécale seule. Quant au cathéter cicatriciel seul, il offre une qualité d'analgésie moindre.
Document type :
Master thesis
File URL :
http://docnum.univ-lorraine.fr/prive/BUMED_T_2018_VIVIAND_CHLOE.pdf
Complete list of metadata

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-03297495
Contributor : Thèses d'Exercice Ul <>
Submitted on : Friday, July 23, 2021 - 1:52:14 PM
Last modification on : Saturday, July 24, 2021 - 3:39:52 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-03297495, version 1

Citation

Chloé Viviand. Infiltration cicatricielle continue pré-uterine versus morphine intrathécale dans l'analgésie postoperatoire des césariennes programmées. Sciences pharmaceutiques. 2018. ⟨hal-03297495⟩

Share

Metrics

Record views

5