Place of immunotherapy by natural killer cells in the treatment of primitive brain tumors : in vitro study of the action mechanism of NK cells towards 3 lines of medulloblastoma - Archive ouverte HAL Access content directly
Master Thesis Year : 2019

Place of immunotherapy by natural killer cells in the treatment of primitive brain tumors : in vitro study of the action mechanism of NK cells towards 3 lines of medulloblastoma

Place de l'immunothérapie par les cellules natural killer dans le traitement des tumeurs primitives cérébrales : étude in vitro du mécanisme d'action des cellules NK envers 3 lignées de médulloblastome

(1)
1

Abstract

Les tumeurs primitives cérébrales, bien que rares, font partie des tumeurs de plus mauvais pronostic. Du fait de leur localisation, elles sont particulièrement difficiles à traiter par les moyens thérapeutiques conventionnels. Les chercheurs et les médecins s'intéressent de plus en plus à l'utilisation de traitements plus ciblés parmi lesquels l'immunothérapie prend une place grandissante. Cette approche visant à stimuler ou moduler le système immunitaire afin de favoriser la l'élimination des cellules cancéreuses s'est particulièrement développée au cours de ces dernières années, notamment avec la découverte des CAR T cell, lymphocytes T génétiquement modifiés et capable de reconnaitre spécifiquement un antigène donné. L'utilisation de cellules Natural Killer est approche différente permettant l'utilisation de cellules allogéniques, plus flexible et moins chères à produire, sans risque d'induction de GvHD chez le patient. Les cellules Natural Killer sont un sous type de lymphocyte CD3-CD56+ capables de reconnaitre et détruire directement les cellules étrangères ou altérées (tumorales ou infectées) et ce en l'absence d'immunisation spécifique préalable mais grâce un répertoire varié de récepteurs activateurs et inhibiteurs capables de reconnaitre un grand nombre de ligands. De nombreux auteurs se sont intéressés à l'utilisation de cellules NK dans le traitement du plus agressif des cancers cérébraux: le glioblastome. Les essais cliniques sur l'utilisation de LAK ou cellules NK injectées en intracérébral ont prouvé que la méthode était sûre, et les études précliniques sur l'utilisation de NK CAR ont montré des résultats plutôt positifs compte tenu de l'agressivité de ce type de tumeur. Cependant, peu d'étude se sont intéressées à l'utilisation des cellules NK comme traitement du médulloblastome qui est la tumeur cérébrale maligne la plus fréquente dans la population pédiatrique. Le but de notre étude expérimentale a donc été d'évaluer l'effet cytotoxique de cellules NK allogéniques envers des cellules de médulloblastome. Les cellules NK ont été sélectionnées à partir de cellules sanguines de donneurs sains par technique immunomagnétique, puis amplifiées ex vivo en présence d'interleukine 15. Après expansion, le potentiel cytotoxique des cellules NK a été évalué in vitro par différents tests ciblant chaque étape impliquée dans le processus de lyse tumorale : l'aspect phénotypique initial des cellules tumorales par cytométrie en flux, la conjugaison par cytométrie en flux, la dégranulation des cellules NK par technique Elispot granzyme B et enfin la mort des cellules cibles, par nécrose, apoptose tardive et lyse cellulaire par cytométrie en flux et mesure de la libération d'adénylate kinase. Trois lignées établies à de médulloblastome ont été analysées : les lignées DAOY, D283 et D341, et comparées à la lignée de cellules leucémiques K562, connue comme étant très sensible aux cellules NK. Les résultats obtenus ont montré que les 3 lignées de médulloblastome étaient sensibles à la cytotoxicité des cellules NK, et particulièrement la lignée DAOY. Cependant les résultats étaient très hétérogènes d'une lignée à l'autre et dépendaient aussi du donneur de cellules NK. L'analyse de l'expression des récepteurs activateurs et inhibiteurs des cellules NK ainsi que celle des ligands correspondants sur les cellules de médulloblastome notamment les molécules du CMH de classe 1 permettrait de prédire cette cytotoxicité voir de screener les donneurs afin de trouver la meilleur lignée de NK pour une cible donnée. Les résultats de ce travail in vivo permettront par la suite de réaliser une étude in vivo chez l'animal.
Fichier principal
Vignette du fichier
BUPHA_T_2019_MOUGINOT_MANON.pdf (4.58 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

hal-03297920 , version 1 (23-07-2021)

Identifiers

  • HAL Id : hal-03297920 , version 1

Cite

Manon Mouginot. Place de l'immunothérapie par les cellules natural killer dans le traitement des tumeurs primitives cérébrales : étude in vitro du mécanisme d'action des cellules NK envers 3 lignées de médulloblastome. Sciences pharmaceutiques. 2019. ⟨hal-03297920⟩
28 View
84 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More