Skip to Main content Skip to Navigation
Master thesis

Vécu de l'introduction d'un traitement injectable chez le patient diabétique de type 2 : étude au centre hospitalier de Saint-Avold

Résumé : OBJECTIF : évaluer le ressenti des patients DT2 vis-à-vis de l'introduction d'un traitement injectable pour leur diabète en comparant insuline et GLP1 RA. MÉTHODE : cinquante et un patients DT2 hospitalisés dans le service de diabétologie de l'hôpital de Saint-Avold ont répondu à un questionnaire auto-administré explorant les différentes émotions et peurs ressenties lors de l'introduction d'un traitement injectable du diabète. Une analyse statistique quantitative basée sur les données recueillies a alors été réalisée sur la totalité de l'échantillon puis dans plusieurs sous-groupes. Les résultats ont été comparés aux données de la littérature lorsque c'était possible. RÉSULTATS : les émotions et craintes ressenties par les patients DT2 lors de l'introduction d'un traitement injectable ne sont pas singulièrement différentes entre l'insuline et les GLP1 RA, à quelques exceptions près. Les émotions les plus fréquemment rencontrées dans l'échantillon sont l'inquiétude (84, 3%), l'optimisme (80,4 %) et le soulagement (73,9 %). La culpabilité est plus fréquente chez les patients traités par insuline que par GLP1 RA (65,5 % vs 20,0 %, p < 0,01). Les craintes les plus fréquentes chez les patients traités par insuline sont les hypoglycémies (62,1 %), mal faire l'injection (51,7 %) et l'adaptation de l'alimentation (44,8 %). Chez les patients traités par GLP1 RA, les principales peurs sont de mal faire l'injection (50,0 %), les effets secondaires digestifs (45,5 %), l'adaptation de l'alimentation et la prise de poids (27,3 %). La crainte des hypoglycémies et de la réorganisation de l'emploi du temps sont plus fréquentes chez les patients traités par insuline que par GLP1 RA (respectivement 62,1 % vs 22,7 %, p < 0,01 et 31 % vs 4,5 %, p < 0,05). Chez les patients sous insuline, le fait d'avoir été traités antérieurement par GLP1 RA diminue la fréquence de la crainte de mal faire l'injection par rapport aux patients naïfs de tout traitement injectable (27,3 % vs 66,7 %, p < 0,05). La crainte de prendre du poids est plus fréquente chez les patients traités par une forme hebdomadaire que par une forme journalière de GLP1 RA;(50 % vs 0 %, p < 0,05). CONCLUSION : seuls des informations et un accompagnement de qualité permettent de répondre aux préoccupations des patients quel que soit le type de traitement qui leur est prescrit. Les différences de ressenti constatées dans notre étude nécessitent simplement de s'adapter à la situation thérapeutique, on se place alors dans la continuité de la médecine centrée sur le patient qui se veut personnalisée. Cette approche devrait permettre aux patients d'appréhender leur nouveau traitement de manière plus sereine.
Document type :
Master thesis
File URL :
http://docnum.univ-lorraine.fr/ulprive/BUMED_T_2020_CHARMEUX_CELINE.pdf
Complete list of metadata

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-03298070
Contributor : Thèses d'Exercice Ul <>
Submitted on : Friday, July 23, 2021 - 3:00:19 PM
Last modification on : Saturday, July 24, 2021 - 3:40:00 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-03298070, version 1

Citation

Céline Charmeux. Vécu de l'introduction d'un traitement injectable chez le patient diabétique de type 2 : étude au centre hospitalier de Saint-Avold. Sciences pharmaceutiques. 2020. ⟨hal-03298070⟩

Share

Metrics

Record views

9