Cutaneous squamous cell carcinoma : paradigm shift through immunotherapy - Archive ouverte HAL Access content directly
Master Thesis Year : 2020

Cutaneous squamous cell carcinoma : paradigm shift through immunotherapy

Carcinome épidermoïde cutané : changement de paradigme grâce à l'immunothérapie

(1)
1

Abstract

Dans le livre blanc « défis de l'immunothérapie en oncologie » l'immunothérapie anti-cancéreuse est définie comme une véritable « innovation médicale de rupture » à la fois par les autorités de santé, les professionnels de santé mais aussi les patients. Par son mécanisme d'action nouveau, la classe des inhibiteurs de points de contrôle (CPI), agit sur la stimulation du système immunitaire et révolutionne d'ores et déjà la prise en charge de plusieurs cancers. Ce travail démontre l'intérêt de cette nouvelle classe thérapeutique et plus précisément des anti-PD1 dans le Carcinome Épidermoïde Cutané (CEC) au stade avancé : indication dont le besoin médical était non couvert. Longtemps sous-estimé en termes de santé publique et d'épidémiologie, le CEC connait une forte hausse de son incidence due au vieillissement de la population et à nos habitudes d'exposition chronique aux rayonnements UV. Si 90% des patients présentant une forme locale obtiennent un contrôle de leur maladie par la chirurgie, environ 5% évoluent vers une situation avancée ou métastatique et leur pronostic devient très défavorable. L'analyse détaillée de la littérature, des revues systématiques disponibles et des recommandations des sociétés savantes confirme l'importance en termes de santé publique du CEC et l'absence de traitement efficace des formes avancées. Les anti-PD1 obtenant de très bons taux de réponses dans les cancers ayant une charge mutationnelle élevée, le CEC, par sa charge mutationnelle très élevée, était biologiquement un candidat privilégié pour ce type de traitement. Les résultats du cémiplimab, premier anti-PD1 dans cette indication, sont très prometteurs avec des taux de réponse allant jusqu'à 50%. Ces réponses semblent durer et avoir un impact sur la survie nettement supérieur à celui des traitements systémiques utilisés jusque-là (chimiothérapies à base de sels de platine et anti-EGFR). Le cémiplimab a également un profil de tolérance plus favorable que les chimiothérapies et permettrait donc de traiter un plus grand nombre de patients, incluant les patients âgés et fragiles fréquents dans la population touchée. L'engouement des oncodermatologues et l'édition de recommandations européennes en 2020, plaçant le cémiplimab en première intention de traitement systémique chez les patients atteints d'un CEC avancé non éligible à la chirurgie et à la radiothérapie à visée curative, présagent que nous sommes à l'aube d'une « révolution thérapeutique ». Des données cliniques plus matures et de « vie réelle » sont nécessaires afin de confirmer ce changement de paradigme. Un développement de ces nouvelles immunothérapies à des stades plus précoces de la maladie et des associations thérapeutiques visant à potentialiser leurs effets devront être envisagés dans un futur proche.
Fichier principal
Vignette du fichier
BUPHA_T_2020_FLOQUET_SHADE.pdf (4.35 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

hal-03298120 , version 1 (23-07-2021)

Identifiers

  • HAL Id : hal-03298120 , version 1

Cite

Shadé Floquet. Carcinome épidermoïde cutané : changement de paradigme grâce à l'immunothérapie. Sciences pharmaceutiques. 2020. ⟨hal-03298120⟩
56 View
411 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More