Skip to Main content Skip to Navigation
Master thesis

Comparaison des mécanismes physiopathologiques et de la réponse bronchique dans l'asthme professionnel lié à la farine et aux persulfates lors de tests de provocation bronchique spécifiques

Résumé : INTRODUCTION: L'asthme professionnel (AP) peut être induit par des agents de haut poids moléculaire (HPM) et par des agents de bas poids moléculaire (BPM). Les mécanismes physiopathologiques de l'AP sont encore incompris. L'objectif de notre étude est de comparer les mécanismes physiopathologiques et la réponse clinique de deux types d'AP : l'AP induit par la farine (HPM) et l'AP induit par les persulfates (BPM). MÉTHODE: Des patients avec un AP lié à la farine ou aux persulfates, âgés de 18 à 55 ans étaient inclus dans une étude prospective, randomisée, en double aveugle contre placebo au CHU de Strasbourg. Un test de provocation bronchique (TPB) spécifique à l'allergène professionnel était conduit contre placebo. L'examen clinique avec les scores de Lebel (rhinite allergique), de TOSS (conjonctivite allergique) et de Borg (dyspnée), ainsi que des examens complémentaires comprenant spirométrie, NO exhalé, test à la métacholine, expectorations induites et prélèvements sanguins étaient réalisés à T0, T3h et T24h pour les deux TPB. Des cellules issues de prélèvements sanguins (sérum et des cellules sanguines mononuclées (PBMC)) et des expectorations induites du TPB à l'allergène professionnel étaient utilisées pour l'étude des mécanismes physiopathologiques et des voies inflammatoires. RÉSULTATS : 26 patients dont 17 boulangers et 9 coiffeurs étaient inclus dans notre étude. A l'état de base les boulangers présentaient une hyperréactivité bronchique importante avec un NO exhalé plus élevé (p=0,006**) et des doses de métacholine plus basses pour un test positif (p=0,004**) en comparaison aux coiffeurs. Le TPB à l'allergène professionnel était positif chez 47% des boulangers et 44% des coiffeurs. Tous les boulangers avaient une réaction bronchique immédiate tandis que 75% des coiffeurs présentaient une réaction bronchique de type retardée. On retrouvait une majoration du taux de chémokine sérique de type RANTES et de son transcrit au niveau des PBMC à T3 et à T24 chez les boulangers (p=0,008**, p=0,38) et à T24 chez les coiffeurs (p=0,81). On observait également une diminution significative de la quantité de transcrits de la voie inflammatoire Th17 (pour l'IL-17 à T3 p=0,033*, p=0,59) et une augmentation du taux de transcrits de la voie T-régulatrice (pour Foxp3 à T3 p=0,72, p=0,006**) dans les deux groupes. CONCLUSION : Cette étude était princeps dans notre laboratoire en ce qui concerne l'étude des voies inflammatoires. Notre travail mettait en évidence des variations cytokiniques compatibles avec une inflammation de type plutôt Th2 chez les boulangers et plus complexe chez les coiffeurs, impliquant possiblement la voie Th1. La diminution des transcrits d'IL-17, principalement chez les coiffeurs, était compatible avec une activation de la voie T-régulatrice.
Document type :
Master thesis
Complete list of metadata

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-03298332
Contributor : Thèses d'Exercice Ul Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Friday, July 23, 2021 - 3:30:39 PM
Last modification on : Tuesday, November 23, 2021 - 3:38:19 AM

File

BUMED_T_2019_EDERLE_CAROLE.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-03298332, version 1

Citation

Carole Ederlé. Comparaison des mécanismes physiopathologiques et de la réponse bronchique dans l'asthme professionnel lié à la farine et aux persulfates lors de tests de provocation bronchique spécifiques. Médecine humaine et pathologie. 2019. ⟨hal-03298332⟩

Share

Metrics

Record views

8

Files downloads

7