Skip to Main content Skip to Navigation
Master thesis

Évaluation de la survie chez les patients atteints d'adénocarcinomes bronchiques de stade IV, présentant une mutation activatrice de l'EGFR, traités par inhibiteurs de tyrosine kinase de première ou deuxième génération : étude rétrospective multicentrique de 268 patients

Résumé : INTRODUCTION: Dans la prise en charge du cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) métastatique avec mutation EGFR, plusieurs essais prospectifs ont démontré la supériorité des inhibiteurs de tyrosine kinase (ITK) de 2ème génération en comparaison aux ITK de 1ère génération. Cependant, leur utilisation est limitée par leurs effets secondaires. L'objectif de cette étude rétrospective était de comparer la survie et la tolérance entre un traitement par des ITK de 1ère ou de 2ème génération chez des patients atteints d'adénocarcinomes bronchiques métastatiques mutés EGFR non sélectionnés. MATÉRIELS ET MÉTHODES : ans cette étude multicentrique, les données de tous les patients atteints d'adénocarcinome de stade IV avec une tumeur mutée EGFR et traités par ITK (1ère ou 2ème génération) entre 2010 et 2018 ont été revues. Les patients ont été assignés en 2 groupes : ITK de 1ère génération (erlotinib et gefitinib) vs ITK de 2ème génération (afatinib). La survie a été évaluée à l'aide d'un test du Log-rank et du modèle à risque proportionnel de Cox. RÉSULTATS : 268 patients ont été inclus dont 221 (82.5%) traités par ITK de 1ère génération et 47 (17.5%) par ITK de 2ème génération. Dans les 2 groupes, l'âge de diagnostic médian des patients était comparable (68.40 ans (IQR : 8.28) vs 68.43 ans (IQR : 6.54), p = 0.89), de même que la proportion de femmes (82.4% vs 87.2%, p = 0.42). Les patients du groupe afatinib étaient plus altérés sur le plan général (PS lors de l'instauration de l'ITK ≥ 2 : 21.3% vs 13.6%, p = 0.004), avaient une maladie plus avancée (stade M1b ou M1c : 80.9% vs 63.3%, p = 0.004) et étaient porteurs de mutations EGFR plus rares (25.5% vs 5.5%, p < 0.0001). En analyse univariée, la médiane de survie globale sous erlotinib était de 24 mois [IC 95% : 22.1-25.9]. Elle était significativement meilleure en comparaison au gefitinib et à l'afatinib ; respectivement 21 mois [IC 95% : 17.7-24.3] et 14 mois [IC 95% : 11.9-16.0], p = 0.03. Cependant, aucune différence significative n'a été observé entre les groupes 1ère et 2nde génération, p = 0.46. En analyse multivariée, après ajustement sur les facteurs pronostiques identifiés en analyse univariée, on retrouve un impact pronostique de l'erlotinib comparativement à l'afatinib, HR = 3.76 [IC 95% : 1.97-7.21], p<0.0001]. Il y a eu plus d'effets secondaires dans le groupe 2nde génération par rapport au groupe 1ère génération : toxicité cutanée (68.1% vs 41.6%, p = 0.001) et digestive (61.7% vs 34.8%, p = 0.0001). CONCLUSION Dans cette étude, il n'a pas été mis en évidence de bénéfice de l'afatinib, comparativement aux ITK de 1ère génération en termes de survie globale chez les patients fragiles.
Document type :
Master thesis
Complete list of metadata

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-03298354
Contributor : Thèses d'Exercice Ul <>
Submitted on : Friday, July 23, 2021 - 3:31:28 PM
Last modification on : Saturday, July 24, 2021 - 3:40:00 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-03298354, version 1

Citation

Pauline Mauguin. Évaluation de la survie chez les patients atteints d'adénocarcinomes bronchiques de stade IV, présentant une mutation activatrice de l'EGFR, traités par inhibiteurs de tyrosine kinase de première ou deuxième génération : étude rétrospective multicentrique de 268 patients. Sciences pharmaceutiques. 2019. ⟨hal-03298354⟩

Share

Metrics

Record views

5