Skip to Main content Skip to Navigation
Master thesis

Le niveau de gravite d'une dyspnée aiguë évaluée en soins primaires se vérifie t-il à un an ? : mortalité à un an après admission pour dyspnée au service d'accueil des urgences du CHU de Nancy en 2015 : données de la cohorte PARADISE

Résumé : INTRODUCTION : La dyspnée se définit par une « expérience subjective d'inconfort respiratoire faite de sensations qualitativement distinctes et d'intensité variable et provenant d'interactions entre des facteurs physiologiques, psychologiques, sociaux et environnementaux multiples ». Il s'agit du motif de plus de la moitié des admissions en urgence au sein d'hôpitaux et de 25 % des consultations en ambulatoire. Dans une étude australienne, les patients de plus de 75 ans avaient consulté un médecin généraliste pour une dyspnée dans 36,8% des cas. Les patients entre 65 et 74 ans avaient consulté pour ce symptôme dans 20,9% des cas contre 24,5% chez les 45-64 ans et 14% chez les 25-44 ans. La dyspnée prise en charge aux urgences peut être grave, entrainant un décès en intra hospitalier dans environ 10% des cas, mais nous n'avons pas d'idée concernant la survie des patients touchés par ce symptôme après un passage aux urgences.OBJECTIFS :L'objectif principal de cette étude était d'évaluer la mortalité à un an des patients de la cohorte PARADISE, pris en charge pour dyspnée aiguë par une équipe médicalisée des urgences du CHRU de Nancy en 2015. L'objectif secondaire était d'évaluer si la gravité du diagnostic initial était justement établie en estimant le taux de mortalité chez les patients de la cohorte PARADISE pris en charge pour dyspnée aiguë, adressés par un médecin généraliste au SAU du CHU de Nancy en 2015. MÉTHODES :Il s'agissait d'une étude rétrospective mono centrique réalisée au sein du service des urgences du CHU de Nancy en 2015. Nous avons recueilli le statut vital des patients par courrier envoyé à leur commune de naissance. Les variables analysées étaient : la mortalité des patients à un an après un passage au service d'accueil des urgences pour la prise en charge d'une dyspnée, et la mortalité intra hospitalière de ces patients. La durée de la prise en charge intra hospitalière de ces patients a également été étudiée. L'association de l'étiologie de dyspnée et du mode d'adressage avec la mortalité intra-hospitalière et la mortalité à un an ont été analysées par régression logistique univariable et ajustée. RÉSULTATS : Au total 1011 patients ont été inclus dans l'étude. L'âge médian des patients était élevé notamment ceux présentant un SICA (85 ans (76-89) p<0.0001 ) ou une exacerbation de BPCO (69 ans (58-81) p<0.0001). Les femmes étaient légèrement majoritaires par rapport aux hommes (53,7% des cas pour le SICA, 51% des cas pour la BPCO). Les patients adressés par le SAMU pour une dyspnée présentaient un taux de mortalité intra hospitalier (14% p=0,015) et à 1 an (38,8% p=0,0002) plus important que les autres patients, notamment ceux adressés par le médecin généraliste (8,8% p=0,015 en intra hospitalier et 32,2% p=0,0002 à un an). Il existait une association significative entre l'adressage par le SAMU et la survenue d'un décès intra hospitalier (OR 2,2 (1,12-4,35) p 0,023)ainsi que la survenue d'un décès à un an (OR 2,31 (1,51-3,55) p 0,0001). Toutefois après ajustement sur l'âge, l'association entre le mode d'adressage et la survenue d'un décès est neutre et donc non significative. CONCLUSION : Les résultats de l'étude suggéraient que la mortalité à un an chez les patients pris en charge au service d'accueil des urgences pour une dyspnée était élevée (35%). La mortalité intra hospitalière était également élevée mais il n'existait pas d'association avec les étiologies de la dyspnée. La gravité du diagnostic était également justifiée en cabinet de médecine générale lors de la prise en charge d'un patient dyspnéique, au vu du taux de mortalité intra hospitalière et à un an. L'adressage a finalement son importance dans la prise en charge des patients dyspnéiques, avec un pronostic plus sombre lorsqu'ils étaient adressés par le SAMU.
Document type :
Master thesis
Complete list of metadata

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-03298583
Contributor : Thèses d'Exercice Ul <>
Submitted on : Friday, July 23, 2021 - 4:53:33 PM
Last modification on : Saturday, July 24, 2021 - 3:40:01 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-03298583, version 1

Citation

Sara Laraichi Bedoui. Le niveau de gravite d'une dyspnée aiguë évaluée en soins primaires se vérifie t-il à un an ? : mortalité à un an après admission pour dyspnée au service d'accueil des urgences du CHU de Nancy en 2015 : données de la cohorte PARADISE. Sciences pharmaceutiques. 2020. ⟨hal-03298583⟩

Share

Metrics

Record views

9