Le combat des "jeunes conservateurs" contre la République de Weimar : une opposition « fondamentale » au système libéral - Université de Lorraine Access content directly
Journal Articles Revue d'Allemagne et des Pays de langue allemande Year : 2022

Le combat des "jeunes conservateurs" contre la République de Weimar : une opposition « fondamentale » au système libéral

Abstract

Die deutschen „Jungkonservativen“ wie Arthur Moeller van den Bruck (1876-1925) und Edgar Julius Jung (1894-1934) standen von Anfang an in Fundamentalopposition zur Weimarer Republik. Als entschiedene Gegner jeglicher Art parteipolitischer Organisation riefen sie mit finanzieller Unterstützung aus der Schwerindustrie wie aus dem agrarischen Milieu klubartige Strukturen ins Leben, die ihnen als Ideenlabore dienten. Den Kampf gegen den demokratischen Staat führten sie in ihren Zeitungen und Manifesten vor allem auf drei Ebenen: Sie lehnten den politischen Liberalismus und jegliche demokratische Staatsform entschieden ab und warben für die Einrichtung eines autoritären, strategisch handelnden Ordnungsstaats, der eine dezentrale, korporative Umgestaltung der Wirtschaft in die Wege leiten sollte. Wie alle Kräfte der deutschen Rechten, die in ein Bündnis mit Hitler Hoffnungen gesetzt hatten, standen die „Jungkonservativen“ ab 1934 vor einer einfachen Alternative: den Machthabern des neuen Reiches zu dienen oder zu verstummen.
As early as the 1920s, the German “Young Conservatives” like Moeller van den Bruck (1876-1925) or Edgar Julius Jung (1894-1934) set up a “fundamental opposition” to the young republic established after the defeat of the Wilhelmine Reich. Hostile to all types of party, organized like clubs, their major support came from the business world and former elites. Their press and manifestoes gave voice to an ideology marked by three major aspects: the staunch refusal of liberalism and any form of democratic State, the struggle for the creation of an authoritative State and the choice of a self-directed corporate economy controlled by a strategist State. Like all the other right-wing movements that had hoped to ally with Hitler, after 1934 the “Young Conservatives” had to face a simple alternative: join the new Reich or remain silent.
Les « jeunes conservateurs » allemands tels Moeller van den Bruck (1876-1925) ou Edgar Julius Jung (1894-1934) formèrent dès le début des années 1920 une « opposition fondamentale » à la jeune république née après la défaite du Reich wilhelmien. Hostiles à toutes formes de partis, organisés souvent en « clubs », soutenus par les milieux d’affaires et les anciennes élites, ils déployèrent à travers leur presse et leurs manifestes une idéologie qu’on peut résumer à trois aspects principaux : leur refus radical du libéralisme et de tout État démocratique, leur combat pour instaurer un État autoritaire et leur option pour une économie corporatiste, autogérée et dont un État stratège exercerait la tutelle. Comme toutes les forces de droite qui avaient espéré s’allier à Hitler, à partir de 1934, les « jeunes conservateurs » furent placés devant une alternative très simple : s’intégrer au nouveau Reich ou se taire.
No file

Dates and versions

hal-03489449 , version 1 (17-12-2021)

Identifiers

Cite

Michel Grunewald. Le combat des "jeunes conservateurs" contre la République de Weimar : une opposition « fondamentale » au système libéral. Revue d'Allemagne et des Pays de langue allemande, 2022, Quelle démocratie ? La réflexion sur la crise, la modernisation et les limites de la démocratie en Allemagne et en France pendant l’entre-deux-guerres | Allemagne, 30 ans après : de l’unification à l’unité ?, 54 (2), pp.335-346. ⟨10.4000/allemagne.3208⟩. ⟨hal-03489449⟩
22 View
0 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More