Chloration choc des biofilms d'eau potable : une efficacité limitée dans le temps ? - Université de Lorraine Access content directly
Conference Papers Year : 2015

Chloration choc des biofilms d'eau potable : une efficacité limitée dans le temps ?

Abstract

Malgré les techniques de nettoyage-désinfection couramment utilisés dans les systèmes de distribution, les biofilms restent une préoccupation majeure associée à la distribution d'eau potable. Ces pratiques préconisent des actions chimiques ou mécaniques ou une combinaison des deux. Mais force est de reconnaitre qu'elles ont un succès limité sur les biofilms en raison de phénomènes de diffusion-réactions des oxydants avec les dépôts accumulés à la surface (DeBeer et al., 1994 ; Lee et al., 2011) et la présence de la matrice de polymères extracellulaires (EPS) des biofilms qui détermine leur forte cohésion et leurs propriétés viscoélastiques (Abe et al., 2012). Nos récents travaux montrent un balancement entre avantages et limites des pratiques de chloration mises en oeuvre dans le cas d'un nettoyage/désinfection du réseau, i.e. résiduel de chlore libre de quelques mg Cl2/L plusieurs dizaines de mg Cl2/L. Notamment les chocs chlorés fragilisent les EPS et rendent le biofilm moins cohésif (Mathieu et al., 2014), mais ils peuvent également transitoirement favoriser/sélectionner certaines populations bactériennes dans le biofilm (Mathieu et al., 2009). Leur efficacité est partielle puisqu'un biofilm résiduel reste systématiquement en place après ces chocs chlorés et pourrait conduire à une recolonisation rapide des surfaces lors de la remise en eau du réseau. Nous avons donc étudié l'impact de ces biofilms résiduels restant après chloration sur les premières étapes de repeuplement des surfaces par des bactéries de l'eau potable. Une comparaison a été faite entre un matériau (PEHD) neuf (jamais colonisé) et un PEHD préalablement colonisé et traité au chlore à 4 ou 10 mg/L. Dans ces essais, nous avons cherché à savoir si les surfaces colonisées-chlorées étaient plus favorables à la recolonisation que les surfaces neuves et si de nouveaux équilibres ou sélection bactérienne apparaissaient dus à la chloration. Les résultats montrent que le bénéfice d'un choc chloré sur un biofilm d'eau potable est limité dans le temps et que la recolonisation est comparable entre les deux types de surfaces. Cela ne remet cependant pas en cause l'utilisation de choc chloré au cours de procédures de nettoyage de réseau d'eau potable afin de gérer les risques microbiens inhérents à des contaminations externes du réseau d'eau.
No file

Dates and versions

hal-03749813 , version 1 (22-09-2022)

Identifiers

  • HAL Id : hal-03749813 , version 1

Cite

Laurence Mathieu. Chloration choc des biofilms d'eau potable : une efficacité limitée dans le temps ?. JT HYDREOS, Sep 2015, Nancy, France. ⟨hal-03749813⟩
84 View
0 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More