Connaissances et croyances, évaluation des facteurs favorisants et freins à une prescription future de cannabis thérapeutique en médecine générale en Moselle, en 2020 - Université de Lorraine Access content directly
Master Thesis Year : 2020

Knowledge and beliefs, factors favoring and hindering a future prescription of therapeutic cannabis in general medicine in Moselle, in 2020

Connaissances et croyances, évaluation des facteurs favorisants et freins à une prescription future de cannabis thérapeutique en médecine générale en Moselle, en 2020

Caroline Wlodarczak
  • Function : Author
  • PersonId : 1172150
  • IdRef : 256995869

Abstract

INTRODUCTION : L’usage du cannabis médical deviendra prochainement monnaie courante en France du fait de l’expérimentation du cannabis thérapeutique devant débuter au cours du mois de janvier 2021. Cette étude vise à recueillir l’attitude favorable ou défavorable des médecins généralistes de Moselle concernant l’utilisation du cannabis à visée médicale et d’étudier leur niveau de connaissance, leurs motivations et réticences à une éventuelle prescription future. OBJECTIFS : Etudier la favorabilité des médecins généralistes mosellans au cannabis thérapeutique, décrire leur niveau de connaissance ainsi que leur désir de formation et enfin, définir les facteurs influençant et les freins à la prescription de cannabis thérapeutique. MATÉRIEL ET MÉTHODES : Il s’agit d’une étude épidémiologique observationnelle transversale à visée descriptive et comparative, monocentrique et réalisée par auto-questionnaire anonyme informatisé, standardisé ; portant sur l’opinion, les connaissances et les croyances des médecins généralistes de Moselle sur le cannabis thérapeutique, ainsi que sur l’évaluation de leurs motivations et réticences à sa prescription future. Ce questionnaire a été diffusé par e-mail, auprès de la population des médecins généralistes exerçants dans le département de la Moselle en 2020. Le recueil a été effectué du 02 mars 2020 au 31 mai 2020. RÉSULTATS : 126 questionnaires ont été recueillis sur 1040 envoyés. Il a été constaté que 89% des médecins interrogés sont favorables au cannabis thérapeutique et que 71% déclarent avoir des patients à qui ils proposeraient s’ils le pouvaient du cannabis thérapeutique. D’ailleurs, 57% des répondants seraient prêts à prescrire du cannabis thérapeutique en cabinet de ville s’ils y étaient autorisés. On remarque néanmoins un faible niveau de connaissance des médecins généralistes mosellans sur le sujet. En effet, seuls 6% des médecins interrogés déclarent avoir reçu une formation concernant le cannabis thérapeutique. Pourtant, parmi ceux n’ayant jamais reçu de formation spécifique, 91% souhaiteraient en bénéficier. On note que le sexe, l’âge, le milieu d’exercice et la plupart des variables à propos de la connaissance du cannabis thérapeutique n’influencent pas particulièrement le fait de vouloir ou non proposer du cannabis thérapeutique à leurs patients. Les médecins généralistes exerçant en cabinet de groupe ont une probabilité 3,17 fois plus élevée que leurs confrères de vouloir proposer par la suite du cannabis thérapeutique à leurs patients. Les principaux freins évoqués à la prescription du cannabis thérapeutique sont le risque de dérives (73 % d’entre eux), la banalisation / hausse de la consommation du cannabis (56%), le risque de dépendance (44%) et les effets secondaires psychoactifs (44%). CONCLUSION : On imagine qu’au terme de cette expérimentation, et qu’au vu de la banalisation et de l’utilisation de plus en plus répandue à travers l’Europe et le Monde du cannabis thérapeutique ; la situation en France pourrait se simplifier et impliquer d’avantage les médecins généralistes dans la prescription, comme le font ses pays voisins. D’après cette étude, les médecins généralistes mosellans semblent favorables à 89% au cannabis thérapeutique. Pourtant, seule une minorité des médecins généralistes interrogés déclare avoir reçu une formation à ce sujet et possède des connaissances sur le cannabis thérapeutique. Néanmoins, la plupart des médecins semble intéressée à acquérir des connaissances sur le cannabis thérapeutique, d’autant que la quasi-totalité soutient qu’une formation médicale spécifique soit utile pour la prescription de cannabinoïdes Selon cette étude, le fait d’exercer en cabinet de groupe influe positivement le désir de proposer du cannabis thérapeutique à ses patients. Pour autant, le sexe, les connaissances, l’âge et le fait d’exercer en milieu rural, urbain ou semi-urbain n’interviennent pas dans les facteurs influençants. Parmi les freins évoqués à la prescription de cannabis thérapeutique, on retrouve essentiellement le risque de dérives, la banalisation / hausse de la consommation du cannabis, le risque de dépendance et les effets secondaires psychoactifs. On note pourtant que nombre de freins évoqués n’influe pas de manière significative sur le désir de proposer ou non du cannabis thérapeutique à ses patients.
Fichier principal
Vignette du fichier
BUMED_T_2020_WLODARCZAK_CAROLINE.pdf (9.74 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

hal-03806029 , version 1 (07-10-2022)

Identifiers

  • HAL Id : hal-03806029 , version 1

Cite

Caroline Wlodarczak. Connaissances et croyances, évaluation des facteurs favorisants et freins à une prescription future de cannabis thérapeutique en médecine générale en Moselle, en 2020. Médecine humaine et pathologie. 2020. ⟨hal-03806029⟩
38 View
91 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More