Etude du microenvironnement inflammatoire dans les méningiomes atypiques - Université de Lorraine Access content directly
Master Thesis Year : 2021

Study of the inflammatory microenvironnement in atypical meningioma

Etude du microenvironnement inflammatoire dans les méningiomes atypiques

Héloïse Pina
  • Function : Author
  • PersonId : 1240404
  • IdRef : 264477707

Abstract

INTRODUCTION : Les méningiomes de haut grade sont des tumeurs qui présentent un taux de récurrence élevé, et qui sont parfois résistantes aux traitements habituels. Alors que l’étude du microenvironnement inflammatoire et l’utilisation de l’immunothérapie sont en plein essor dans les tumeurs solides, l’infiltrat immunitaire n’a fait l’objet que de rares études dans les méningiomes atypiques. Notre étude avait donc pour objectif d’étudier l’infiltration par les lymphocytes T cytotoxiques, T helper, T régulateurs et T mémoires dans ces tumeurs, leur corrélation avec les données histologiques et moléculaires, et d’étudier leur impact pronostique sur la survie globale et sans progression. MATÉRIEL ET MÉTHODES : Il s’agit d’une étude rétrospective ayant porté sur 82 cas de méningiomes de grade II, et 12 méningiomes récurrents appariés. Nous avons étudié sur lame entière l’infiltrat immunitaire, par coloration HES puis en immunohistochimie grâce aux anticorps anti-CD8, CD4, FOXP3 et CD45RO. Nous avons également analysé pour 33 cas la présence d’altérations cytogénétiques, le nombre de copies des gènes NF2, CDKN2A et PTEN, et le profil de méthylation. Une étude de reproductibilité inter-observateur a été conduite sur un échantillon aléatoire de 20 cas. RÉSULTATS : Il existait un abondant infiltrat de lymphocytes T CD8+ et CD45RO+ (compte médian/mm² : 36 and 17,5, respectivement). Une faible infiltration par les lymphocytes T régulateurs (de 1 à 11 cellules par mm²) était détectée dans 13,4 % des cas. Le compte semi-quantitatif de TILs sur lame HES était corrélé à la survie globale (p<0.001). Le nombre de TILs était associé à une perte de NF2 (p=0.037). Un nombre élevé de lymphocytes T helper (CD4+) était associé à une moins bonne survie spécifique (p=0.032). L’infiltrat lymphocytaire CD8, CD4 et FOXP3 était plus important dans les tumeurs récurrentes que dans les tumeurs primitives (p=0.023, p=0.03 and p=0.0 18, respectivement). DISCUSSION : Cette étude a identifié l’infiltration par les TILS sur lame HES comme un marqueur d’une moins bonne survie globale, et l’infiltration par les lymphocytes T helper comme un marqueur de moins bon pronostic concernant la survie spécifique. L’importante infiltration par les lymphocytes T cytotoxiques et mémoires est en faveur de l’utilisation de l’immunothérapie dans ces tumeurs, notamment dans les tumeurs récurrentes. D’autres études seraient nécessaires afin d’évaluer le rôle pronostique et prédictif de ces TILs dans les tumeurs cérébrales, notamment des T mémoires.
Fichier principal
Vignette du fichier
MED_T_2021_1157_PINA_HELOISE.pdf (4.25 Mo) Télécharger le fichier
Origin Files produced by the author(s)

Dates and versions

hal-04042675 , version 1 (23-03-2023)

Identifiers

  • HAL Id : hal-04042675 , version 1

Cite

Héloïse Pina. Etude du microenvironnement inflammatoire dans les méningiomes atypiques. Médecine humaine et pathologie. 2021. ⟨hal-04042675⟩
7 View
144 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More