Identification de la néphropathie ischémique comme potentiel outil diagnostic de la néphropathie associée au syndrome des antiphospholipides dans le lupus érythémateux systémique - Université de Lorraine Access content directly
Master Thesis Year : 2020

Identification de la néphropathie ischémique comme potentiel outil diagnostic de la néphropathie associée au syndrome des antiphospholipides dans le lupus érythémateux systémique

Camille Rapoport
  • Function : Author
  • PersonId : 1240438
  • IdRef : 264535650

Abstract

OBJECTIFS: Décrire le spectre de lésions histologiques de la néphropathie associée au SAPL (APSN) dans le lupus érythémateux systémique (LES), en fonction de la présence d’anticorps antiphospholipides (aPL) et du syndrome des antiphospholipides (SAPL), ainsi que leur prévalence. Déterminer quelles lésions histologiques sont associées aux aPL et au SAPL. MÉTHODES: Les biopsies rénales de patients lupiques ayant une sérologie aPL disponible, analysées au CHU de Nancy entre 1997 et 2019, ont été relues rétrospectivement, à l’aveugle par deux néphropathologistes.RÉSULTATS: 103 biopsies rénales provenant de 68 patients ont été analysées. L’APSN était retrouvée sur 15/103 (15,5 %) biopsies de glomérulonéphrite lupique (GN) et sur 13/27 (48,1%) biopsies de patients ayant un SAPL. L’APSN semblait plus fréquente dans le groupe SAPL (p<0,0001). Il n’existait pas d’association entre le statut aPL et SAPL, les groupes APSN-LES et LES seul et la classe de glomérulonéphrite lupique, son activité et sa chronicité. Les occlusions artériolaires fibreuses étaient associées aux aPL (p=0,0442), de même que l’hyperplasie intimale fibreuse (p=0,044). Les thrombi de fibrine étaient associés aux aPL (p=0,0442) et au SAPL (p=0,006). Nous avons décrit pour la première fois une association entre le SAPL et l’artériosclérose asymétrique (p=0,023) et l’épaississement intimal mucoïde (p=0,023). Nous pourrions également avoir identifié un nouveau signe suggestif d APSN, sous la forme d’une fibrose d’origine vasculaire, de type ischémique, ressemblant à l’atrophie corticale focale, mais non limitée à la zone sous-capsulaire. Cette « néphropathie ischémique » était seulement retrouvée en présence d’aPL et de SAPL associé au lupus (p=0,0018). CONCLUSION: L’APSN était retrouvée dans 15% des biopsies rénales de patients lupiques et dans la moitié des biopsies de SAPL associé au lupus. Une nouvelle entité, la « néphropathie ischémique » semble être le signe le plus spécifique de l’APSN chez les patients lupiques, et nécessite d’être confirmée dans de futures études.
Fichier principal
Vignette du fichier
BUMED_T_2020_RAPOPORT_CAMILLE.pdf (1.7 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

hal-04042723 , version 1 (23-03-2023)

Identifiers

  • HAL Id : hal-04042723 , version 1

Cite

Camille Rapoport. Identification de la néphropathie ischémique comme potentiel outil diagnostic de la néphropathie associée au syndrome des antiphospholipides dans le lupus érythémateux systémique. Médecine humaine et pathologie. 2020. ⟨hal-04042723⟩
23 View
78 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More