Les mouvements gaullistes de 1958 à 1976 : la diversité d'une famille politique, réseaux, cultures et conflits - Université de Lorraine Access content directly
Theses Year : 2008

The Gaullist movements from 1958 to 1976 : the diversity of political family, its networks, cultures and conflicts

Les mouvements gaullistes de 1958 à 1976 : la diversité d'une famille politique, réseaux, cultures et conflits

Jérôme Pozzi

Abstract

Unavailable
Le retour au pouvoir du général de Gaulle au printemps 1958, dans la foulée des événements du 13 mai à Alger, ouvre une période de domination de la vie politique nationale par la famille gaulliste. Rassemblés dans les rangs de l'Union de la nouvelle République (U.N.R), les fidèles de l'homme du 18 juin triomphent lors des élections législatives des 23 et 30 novembre 1958. Pourtant, l'U.N.R ne rassemble pas tous les gaullistes issus de la traversée du désert, même si l'on y retrouve les anciennes figures de proue du R.P.F et des Républicains sociaux. Par ailleurs, le maillage du territoire métropolitain réalisé par les anciens délégués départementaux du R.P.F est d'une grande utilité pour les dirigeants de l'U.N.R dans les premiers mois de son existence et sert bien souvent de cadre à son action. Pourtant, quelques gaullistes, dont la fibre sociale est plus prononcée et qui considèrent l'U.N.R comme un mouvement purement « droitier » - de par la présence de personnes comme Jacques Soustelle -, préfèrent rejoindre des formes d'encadrement plus souples, dans lesquelles le débat d'idées est moins cadenassé, à l'instar du Centre de la réforme républicaine (C.R.R), puis de l'Union démocratique du travail (U.D.T), créée en 1959 par Louis Vallon et René Capitant. Qualifiés de « gaullistes de gauche », ceux-ci entretiennent des relations privilégiées avec la rue de Lille. Leurs principaux porte-drapeaux oscillent sans cesse entre attraction envers le mouvement gaulliste et affirmation de leur particularisme, malgré les tentatives de rassemblement qui sont opérées à plusieurs reprises, notamment celle qui se déroule lors des Assises de Lille de l'U.D.Ve (24-26 novembre 1967) sous l'impulsion de Robert Poujade. Si les gaullistes de gauche sont une sensibilité importante de la famille gaulliste - par leur rayonnement et le nombre de leurs sympathisants plus que par l'effectif des différents groupuscules qui les ont rassemblé dans les années 1960 et 1970 - d'autres gaullistes préfèrent des formes d-actions plus radicales et choisissent pour ce faire de rejoindre le Service d-action civique (S.A.C) ou les Comités de défense de la République (C.D.R), notamment dans le contexte de mai 1968. De même, un certain nombre de clubs, de groupes d-études ou de structures destinées à une certaine élite intellectuelle, comme par exemple le club Nouvelle frontière, entretiennent des liens plus ou moins étroits avec l'U.N.R et ses pseudopodes (U.D.Ve et U.D.R) au gré des circonstances. Ces mouvements parallèles redoublent d'activité lors des campagnes référendaires gaulliennes ou au lendemain d'échéances électorales qui ont mis à mal la famille gaulliste, comme après l'élection présidentielle de décembre 1965 par exemple. Au premier rang des organisations qui gravitent autour de l'U.N.R, puis de l?U.D.R, l'Association nationale pour le soutien de l'action du général de Gaulle figure en bonne place. Fondée par Pierre Lefranc et présidée par le colonel Bernard Dupérier, l'Association nationale (A.N) est un bastion d'inconditionnels, qui redouble d'activité pendant les périodes sensibles pour le chef de l'Etat, comme entre 1959 et 1962, lorsque des fissures apparaissent au sein du groupe parlementaire gaulliste sur la question algérienne. Ainsi, la famille gaulliste est moins monolithique dans les années soixante et soixante-dix que ses contemporains ont pu le penser. Sur ce point, l'arrivée de Georges Pompidou à l'Elysée tend à accentuer les tensions entre l'U.D.R et les gaullistes de gauche, tout comme avec la frange des gaullistes orthodoxes, qu'il s'agisse des sympathisants de l'A.N ou des membres de l'amicale Présence et action du gaullisme, rassemblés autour de Pierre Messmer. Le projet pompidolien d'un mandat présidentiel ramené à cinq ans et la question de l'élargissement européen servent de prétexte à des procès d'intentions à l'encontre du successeur du Général, qui est considéré par une minorité d'encenseurs de l'homme du 18 juin comme le fossoyeur des principes gaulliens. En dépit de ces différentes forces centrifuges, qui provoquent des conflits d'intensité plus ou moins variable avec le mouvement gaulliste, celui-ci est le cadre d'un remarquable renouvellement générationnel. Qu'il s'agisse de sa direction nationale ou de son groupe parlementaire, l'U.N.R passe - en l'espace d'une quinzaine d'années - d'un rassemblement de résistants et de Français libres qui ont poursuivi leur engagement dans les rangs du R.P.F à une génération qui est étroitement liée à la République gaullienne. Celle-ci a souvent débuté sa carrière parlementaire dans les années soixante et doit sa réussite dans l'arène politique par le labourage systématique d'une circonscription électorale, la transmission d'un fief électoral - même si ce cas est moins fréquent - et le passage par un cabinet ministériel. Toutefois, l'itinéraire exceptionnel d'un énarque comme Jacques Chirac, qui apparaît depuis 1967 comme le protégé de Georges Pompidou, ne doit pas masquer celui de la majorité des parlementaires gaullistes élus lors des cinq législatures étudiées (1958, 1962, 1967, 1968 et 1973), dans la mesure où la plupart d'entre eux doivent leur succès à un ancrage militant parfois ancien plutôt qu'au passage par la prestigieuse école de la rue des Saints-Pères. En fin de compte, le renouvellement du groupe parlementaire gaulliste à l'Assemblée nationale s'est effectué par étapes, même si les élections législatives de 1968 et 1973 peuvent être considérées comme un tournant, puisqu'elles font entrer au Palais-Bourbon un certain nombre de quadragénaires de l'U.D.R. Les circonstances de l'élection présidentielle de mai 1974 et notamment la publication du « manifeste des 43 » révèle au grand jour le profond malaise qui règne au sein de l'U.D.R et ce depuis les Assises de Nantes (16-18 novembre 1973), entre frontbenchers et backbenchers. D'une certaine manière, l'union des barons et des députés parisiens qui leur sont proches - rassemblés derrière la candidature de Jacques Chaban-Delmas - se heurte au pragmatisme des députés provinciaux et au sens politique de Jacques Chirac, Marie-France Garaud et Pierre Juillet, qui préfèrent pousser Pierre Messmer à se présenter, avant de soutenir tacitement Valéry Giscard d'Estaing. L'élection de l'ancien ministre des Finances à l'Elysée, suivie de la nomination de Jacques Chirac à Matignon, sèment le trouble dans la famille gaulliste. Pourtant, la culture politique gaulliste, qui privilégie la légitimité à l'égard du chef de famille - ce qui tend de facto à limiter les risques de scission - plutôt que le choc frontal entre les différents courants, permet de rassembler progressivement les militants autour de Jacques Chirac. Au final, le Premier ministre parvient à prendre en mains une U.D.R moribonde et à mettre en place une thématique du changement qui aboutit à la création du Rassemblement pour la République (R.P.R) le 5 décembre 1976.
No file

Dates and versions

tel-01775837 , version 1 (24-04-2018)

Identifiers

  • HAL Id : tel-01775837 , version 1

Cite

Jérôme Pozzi. Les mouvements gaullistes de 1958 à 1976 : la diversité d'une famille politique, réseaux, cultures et conflits. Histoire. Université Nancy 2, 2008. Français. ⟨NNT : 2008NAN21026⟩. ⟨tel-01775837⟩
105 View
0 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More