Dépistage du cancer de la prostate : perception et facteurs d'adhésion chez les hommes à risque familial - Université de Lorraine Access content directly
Theses Year : 2002

Prostate cancer screening: attitude, behavior and adherence factors among men in at-risk

Dépistage du cancer de la prostate : perception et facteurs d'adhésion chez les hommes à risque familial

Abstract

The aim of this study was to assess the attitude, behavior and adherence factors to prostate cancer screening in men with a farnily history of prostate cancer. Two cohorts of men were studied. One from the University of California Los Angeles with flIst degree relatives of men with prostate cancer who have been identified in a previous study. Another cohort with flIst degree relatives of men with prostate cancer treated in three French university hospitals and they were offered a free PSA testing.Among men from the first cohort, 139 men participated (53 ±9), 92% were Caucasian, 29% had more than one affected relative with prostate cancer. Prostate cancer knowledge was good. Among men with good prostate cancer knowledge, only 62% thought that they were at higher risk than any American without a farnily history of prostate cancer. 62% of men had a PSA test and a digital rectal exarnination within two years. Men over 50, who had discussed with their farnily practitioner, who had a good knowledge about screening frequency, and men without comorbidity had undergone screening more often than others.Among men from the second cohort, 273 had undergone PSA test and 220 had normal PSA test completed questionnaires. 20% of men moderately deteriorated anxiety and 20% minirnally deteriorated quality of life during screening process. Factors associated with a deterioration of quality of life were having several affected relatives with prostate cancer, to be 50-60 years old, having an anxious personality, a high level of education and no children living at home. Talking about genetic problerns, 277 men filled out questionnaire and had undergone PSA test. 64% did not worry or a little about genetic predisposition while others worried a lot or extremely. Men who worried the most were ,those with a high level of chronic anxiety, who had undergone a previous screening.
L'objectif de ce travail était de décrire la perception et les facteurs d'adhésion des hommes apparentés au premier degré à des patients atteints d'un cancer de la prostate au dépistage du cancer de la prostate.Deux cohortes de sujets ont été étudiées.- Une cohorte de sujets américains (Université de Californie LosAngeles) comprenait des apparentés au premier degré d'hommes atteints d'un cancer de la prostate identifiés à partir d'un échantillon de patients. - Une cohorte de sujets français comprenait des apparentés au premier degré d'hommes atteints d'un cancer de la prostate traités dans trois CHU français à qui il a été proposé un dépistagegratuit par dosage du Prostate Specifie Antigen (PSA).Parmi la première cohorte, 139 hommes ont participé (âge 53 ± 9 ans), 92% étaient caucasiens et 29% avaient plus d'un apparenté atteint d'un cancer de la prostate. La connaissance du cancer de la prostate était bonne. Parmi ceux qui avaient une connaissance correcte du risque familial de développer un cancer de la prostate, seulement 62% croyaient être eux-mêmes plus à risque que l'Américain sans risque familial. 62% des hommes ont eu un dosage du PSA et un toucher rectal dans les deux ans qui précédaient. Les hommes âgés de plus de 50 ans, qui avaient discuté avec leur médecin de famille du dépistage du cancer de la prostate, qui avaient une bonne connaissance concernant la fréquence recommandée du dépistage du cancer de la prostate et les hommes sans comorbidité ont eu un dépistage plus fréquemment que les autres.Concernant la deuxième cohorte, 273 ont eu un dosage du PSA et 220 candidats avec un PSA :s; 4 ng/ml ont retourné les questionnaires complets. 20% ont modérément détérioré leur anxiété et 20% ont détérioré de façon minimale leur qualité de vie durant la procédure de dépistage. Les facteurs associés avec une détérioration de la qualité de vie étaient un âge entre 50-60 ans, avoir plus de deux apparentés atteints d'un cancer de la prostate, une personnalité anxieuse, un haut niveau de scolarité et ne pas avoir d'enfants vivants à la maison. Enfin concernant la perception des problèmes génétiques, 277 candidats ont rempli le questionnaire et ont eu un dosage du PSA. 64% étaient peu ou pas préoccupés par le problème de la prédisposition génétique tandis que les autres étaient très ou énormément préoccupés. Les candidats les plus préoccupés étaient ceux avec une anxiété chronique (ou durable, constitutionnelle) élevée, ceux ayant déjà eu un dépistage et les hommes ayant des fils.98% des hommes exprimèrent leur intérêt vis à vis des tests génétiques.

Keywords

614
Fichier principal
Vignette du fichier
SCD_T_2002_0293_CORMIER.pdf (4.76 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

tel-01776041 , version 1 (24-04-2018)

Identifiers

  • HAL Id : tel-01776041 , version 1

Cite

Luc Cormier. Dépistage du cancer de la prostate : perception et facteurs d'adhésion chez les hommes à risque familial. Médecine humaine et pathologie. Université Henri Poincaré - Nancy 1, 2002. Français. ⟨NNT : 2002NAN10293⟩. ⟨tel-01776041⟩
145 View
589 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More