Les CDR : un relais militant original du « gaullisme d’ordre » des années 68 (1968-1978). - Université de Lorraine Access content directly
Theses Year : 2021

The CDR : an original militant relay of the "Gaullism of order" of the 68s (1968-1978)

Les CDR : un relais militant original du « gaullisme d’ordre » des années 68 (1968-1978).

Abstract

The Gaullist family experienced major political and cultural upheavals throughout 1968. Faced with the barricades and unrest of 1968, it saw the Gaullist power waver. In reaction to the "chienlit", the most conservative fringe gathered to fight against the alleged "Marxist subversion" at work. The events of May-June 1968 marked the birth of "Gaullism of order" and the original organizations that emerged from it, such as the Comités de défense de la République (CDR). The CDR appeared during these troubles and developed an unprecedented vertical organization within the Gaullist movements. They used modern propaganda to speak for the "silent majority", which they sought to represent in all strata of society. In order to carry out an effective opposition to the parties of the left and the extreme left accused of leading "subversion", the movement carried out a double action: antisubversive (identifying and denouncing the networks and the manipulation speeches of the adversary) and counter-subversive (organizing the counter-attack on the ground). By expanding vast networks, the CDR hope to become a conservative lobby. The CDR shared common visions with the SAC, the CFT and the UNI, with whom they constituted the "Gaullism of order," while maintaining a certain rivalry with them. The Committees carried out activities that were profoundly hostile to the "revolutionaries" and ardently defended "Participation". In full ascendancy during the end of General de Gaulle's term of office and then during Georges Pompidou's term of office, the CDR experienced a brutal decline with the defeat of Jacques Chaban-Delmas in the first round of the 1974 presidential elections. Indebted and incapable of renewing their political discourse, the CDR came to change to the Chirac party in the hope of surviving. The political upheavals that accompanied the Giscardian mandate and the assimilation of the organization by the RPR put an end to this thesis.
La famille gaulliste connaît des bouleversements politiques et culturels importants tout au long des années 1968. Confrontée aux barricades et aux agitations de 68, elle voit le pouvoir gaullien vaciller. En réaction à la « chienlit », la frange la plus conservatrice se réunit pour lutter contre la présumée « subversion marxiste » à l’oeuvre. Les événements de mai-juin 1968 marquent alors la naissance du « gaullisme d’ordre » et d’organisations originales qui en sont issues, comme les Comités de défense de la République (CDR). Apparus durant ces troubles, les CDR développèrent une organisation verticale inédite au sein des mouvements gaullistes. Déployant une propagande moderne, les Comités se posent en porte-paroles de la « majorité silencieuse », qu’ils cherchent à représenter dans toutes les strates de la société. Afin de mener une opposition efficace aux partis de gauche et d’extrême gauche accusés de mener la « subversion », le mouvement mène une double action : antisubversive (identifier et dénoncer les réseaux et les discours de manipulation de l’adversaire) et contre-subversive (organiser la contre-attaque sur le terrain). En étendant de vastes réseaux, les CDR espèrent pouvoir devenir un lobby conservateur. Les CDR partagent des visions communes avec le SAC, la CFT et l’UNI avec qui ils constituent le « gaullisme d’ordre », tout en entretenant une certaine rivalité avec eux. Les Comités mènent des activités profondément hostiles à l’égard des « révolutionnaires », et défendent avec ardeur la « Participation ». En pleine ascension durant la fin du mandat du général de Gaulle puis durant le mandat de Georges Pompidou, les CDR connaissent un déclin brutal avec la défaite de Jacques Chaban-Delmas au premier tour des élections présidentielles de 1974. Endettés et incapables de renouveler leur discours politiques, les CDR en viennent à se chiraquiser dans l’espoir de survivre. Les soubresauts politiques qui accompagnent le mandat giscardien et l’assimilation de l’organisation par le RPR viennent clore cette thèse
No file

Dates and versions

tel-03575825 , version 1 (15-02-2022)

Identifiers

  • HAL Id : tel-03575825 , version 1

Intranet access

Cite

Bryan Muller. Les CDR : un relais militant original du « gaullisme d’ordre » des années 68 (1968-1978).. Histoire. Université de Lorraine, 2021. Français. ⟨NNT : 2021LORR0177⟩. ⟨tel-03575825⟩
44 View
0 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More