Obstacles et facilitateurs à l’inclusion scolaire des élèves allophones dans l’enseignement secondaire en France et incidences didactiques - Université de Lorraine Access content directly
Theses Year : 2021

Obstacles and facilitators to the inclusion of allophone students in secondary education in france and didactic implications

Obstacles et facilitateurs à l’inclusion scolaire des élèves allophones dans l’enseignement secondaire en France et incidences didactiques

Abstract

Our research focuses on the educational inclusion of so-called "allophone" pupils in ordinary courses in public secondary schools in France. These pupils - migrants and not yet speaking the language of schooling - are thus appointed by the educational institution.Qualitative, the study is based on the analysis of a quinquangular corpus (work, questionnaires, student interviews, autobiographical writings, school reports) collected from 33 learners and 6 teachers (Académie de Nancy-Metz). This study sheds light on the metropolitan situation. The allophone problem arises from an aggregation of multiple factors. We study the facilitators and obstacles to the educational inclusion of allophone students by studying the speeches of the students and the didactic approaches of the teachers participating in our research.Our questions as a researcher emerged in connection with our professional experience and our readings. Three research hypotheses are subordinate to it. First, the socio-economic family context is not the only obstacle to the academic success of the allophone students monitored. Then, the affiliation in the disciplinary course of French of the followed allophone students allows a better mastered learning of the FLSco. Finally, the inclusion in disciplinary French courses allows allophone students monitored to invest more in the school.It emerges from this study that the monitored learners share a fragile socio-economic context and that the family composition and the size of the siblings distinguish the monitored students. However, these elements do not appear to be factors in themselves that slow down academic success. While the majority are struggling, some followed learners do well in school. However, language disparities persisted over the year, or even widened. The expression of a school project is not interdependent on their regular class affiliation, it is rather linked to their cultural origins.The didactic approaches of the teachers participating in our research are heterogeneous. They depend on intellectual and contextualized resources. Teachers are not always sensitive to the cultural particularities of their students - which can be a disservice to the students being monitored - because they are not trained enough. This study shows that the model of initial and in-service teacher training should evolve, in closer connection with research.Despite a national framework, the specific arrangements for the education of allophone students vary academically and even at the departmental level. This translates, in the field, into educational inequalities. In our corpus, it appears that the resources mobilized by the students and their teachers are heterogeneous. Thus, the school environment is one of the facilitators for inclusion and academic success.There is also a distortion between the institutional prescriptions and the reality on the ground, which can be explained by the dilemma facing the educational institution. The latter must give full place to the French language but also provide space for the identity of learners from diverse backgrounds. The vertical management of the allophone problem, its implementation - made more complex by the large number of partners - and an insufficient state of research and training unbalance the conditions for the education of allophones. The allophone question would need to be considered holistically.
Notre recherche porte sur l’inclusion scolaire d’élèves dits « allophones » en cours ordinaires dans le secondaire public en France. Ces élèves – migrants et ne parlant pas encore la langue de scolarisation – sont ainsi nommés par l’institution scolaire.De type qualitatif, l’étude repose sur l’analyse d’un corpus quinquangulaire (travaux, questionnaires, entretiens d’élèves, écrits autobiographiques, bulletins scolaires) recueilli auprès de 33 apprenants et de 6 enseignants (Académie de Nancy-Metz). Cette étude éclaire la situation métropolitaine. La problématique allophone relève d’une agrégation de multiples facteurs. Nous étudions des facilitateurs et des obstacles à l’inclusion scolaire des élèves allophones par l’étude des discours des élèves et des démarches didactiques des enseignants participant à notre recherche.Nos questions de chercheure se sont imposées en lien avec notre expériencie professionnel et nos lectures. Trois hypothèses de recherche y sont subordonnées. D’abord, le contexte socio-économique familial n’est pas le seul obstacle à la réussite scolaire des élèves allophones suivis. Ensuite, l’affiliation en cours disciplinaire de français des élèves allophones suivis permet un apprentissage mieux maitrisé du FLSco. Enfin, l’inclusion en cours disciplinaire de français permet aux élèves allophones suivis d’investir davantage l’école.Il ressort de cette étude que les apprenants suivis partagent un contexte socio-économique fragile et que la composition familiale et la taille de la fratrie distinguent les élèves suivis. Toutefois, ces éléments n’apparaissent pas comme des facteurs freinants en soi la réussite scolaire. Si la majorité est en difficulté, certains apprenants suivis réussissent à l’école. Cependant, les disparités langagières perdurent sur l’année, voire se creusent. L’expression d’un projet scolaire n’est pas interdépendante de leur affiliation en classe régulière, elle est plutôt liée à leurs origines culturelles.Les démarches didactiques des enseignants participant à notre recherche sont hétérogènes. Elles dépendent de ressources intellectuelles et contextualisées. Les enseignants ne sont pas toujours sensibles aux particularismes culturels de leurs élèves – ce qui peut desservir les élèves suivis – parce qu’ils n’y sont pas assez formés. Cette étude montre que le modèle de la formation initiale et continue des enseignants devrait évoluer, en lien plus étroit avec la recherche.En dépit d’un cadrage national, les aménagements spécifiques pour la scolarisation des élèves allophones varient sur le plan académique, voire départemental. Cela se traduit, sur le terrain, par des inégalités scolaires. Dans notre corpus, il apparait que les ressources mobilisées par les élèves et leurs enseignants sont hétérogènes. Ainsi, l’environnement scolaire est l’un des facilitateurs à l’inclusion et à la réussite scolaire.Apparait également une distorsion entre les prescriptions institutionnelles et la réalité des terrains qui s’explique par le dilemme auquel fait face l’institution scolaire. Cette dernière doit donner toute sa place à la langue française mais également offrir un espace à l’identité des apprenants issus de la diversité. La gestion verticale de la problématique allophone, sa mise en œuvre – complexifiée par le grand nombre de partenaires – et un état de la recherche-formation insuffisant déséquilibrent les conditions de scolarisation des allophones. La question allophone nécessiterait d’être considérée de manière holistique.
Fichier principal
Vignette du fichier
DDOC_T_2021_0219_PREVOST.pdf (5.8 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

tel-03635166 , version 1 (08-04-2022)

Identifiers

  • HAL Id : tel-03635166 , version 1

Cite

Julie Prévost-Zuddas. Obstacles et facilitateurs à l’inclusion scolaire des élèves allophones dans l’enseignement secondaire en France et incidences didactiques. Linguistique. Université de Lorraine, 2021. Français. ⟨NNT : 2021LORR0219⟩. ⟨tel-03635166⟩
610 View
588 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More