Phénoménologie de l'être-avec-autrui dans la pensée de Martin Heidegger (1915-1930) : étude lexicographique, topique et critique - Université de Lorraine Access content directly
Theses Year : 2021

Phenomenology of being-with-others in the thought of Martin Heidegger (1915-1930) : lexicographic, topical and critical study

Phénoménologie de l'être-avec-autrui dans la pensée de Martin Heidegger (1915-1930) : étude lexicographique, topique et critique

Abstract

The factuality of daily coexistence, in the sense of the common experience which is found at first sight under the dominance of dissimulation and which is first given to phenomenology as the field of the search for the truth of being, confirms the he hypothesis according to which being-in-the-world is the fundamental constitution of the factuality of being-one-with-the other. Being-in-the-world with others determines the meaning of Dasein's being as being-with-others (Mitsein) and is the condition of possibility of improper modalities of concealment and discovery. Being-there-with answers the question of the ontological constitution of Dasein: the structure of my being contains others by virtue of the very constitution of my being: being-with-others (Mitsein). But it is a question of an existential-ontological relation which is, according to the Heideggerian conception of the being of human existence, the condition of possibility of the "intersubjective world", that is to say of any intersubjective relation in the sense of the empirical relation of the I-you. On the ontological foundation of being-there-with (in the existential-ontological sense), all of Dasein's behaviors (linguistic, temporal, affective behaviors) are manifested in correlation with being-there-with others. It is in this purely existential-ontological sense that we could, by reading the Heideggerian corpus and extending it, speak of the co-affectiion of Dasein, “being-with others” being contemporaneous with being-with my Dasein. Clearly, Mit (with) tacitly accompanies all modes of being of being that we are, including loneliness. One of the consequences of the Heideggerian abandonment of intersubjectivity is found in the conception of Mitdasein according to which the factual coexistence of Dasein with the other structures both its very being and its behaviors, on the grounds that the being of the being-there, qua being-with, is inseparable from its modes of being. This ontological connection of oneself to others explains, on the one hand, the negative possibility of dissimulation, particularly in gossip, and on the other hand, the positive possibility of experiencing the truth, as for example in listening. mutual, mutual understanding and communication. Nevertheless, the truth of being is characterized by its elusiveness, its abscondity as evidenced by its mode of demonstration: "it shows itself in a concealed manner". Thus, the experience of truth resists objectification and the human will to possess it as an object. However, it fails to open the sphere of coexistence with others beyond the world because of the limit of temporality and finitude. Hence the need to open the experience of the original truth beyond temporality to an absolute otherness which takes on the character of eternity. The meaning of freedom would then expand as a mode of being which manifests itself positively or negatively in three directions: towards being, towards the being of being and towards pure Love, in the sense of Truth first, eternal and uncreated, in a word the Deity.
La factualité de la coexistence quotidienne, au sens de l’expérience commune qui se trouve de prime abord sous la dominance de la dissimulation et qui est donnée en premier à la phénoménologie comme champ de la recherche de la vérité de l’être, confirme l’hypothèse suivant laquelle l’être-dans-le-monde est la constitution fondamentale de la factualité de l’être-l’un-avec-l’autre. L’être-dans-le-monde-avec-les-autres détermine le sens de l’être du Dasein comme être-avec-autrui (Mitsein) et est la condition de possibilité des modalités impropres de la dissimulation et du découvrement. L’être-avec répond à la question de la constitution ontologique du Dasein : la structure de mon être comprend autrui, en vertu de la constitution même de mon être : être-avec-autrui (Mitsein). Mais il s’agit d’un rapport existential-ontologique qui est, selon la conception heideggérienne de l’être de l’existence humaine, la condition de possibilité du « monde intersubjectif », c’est-à-dire de toute relation intersubjective au sens de la relation empirique du je-tu. Sur le fondement ontologique de l’être-avec (au sens existential-ontologique), l’ensemble des comportements du Dasein (comportements langagiers, temporels, affectifs) se manifeste en corrélation avec l’être-là-avec des autres. C’est en ce sens purement existential-ontologique que l’on pourrait, en relisant le corpus heideggérien et en le prolongeant, parler de co-affection du Dasein, l’être-avec des autres étant contemporain de l’être-avec de mon Dasein. En clair, le Mit (avec) accompagne tacitement tous les modes d’être de l’étant que nous sommes, y compris la solitude. L’une des conséquences de l’abandon heideggérien de l’intersubjectivité se trouve dans la conception du Mitdasein selon laquelle la coexistence factuelle du Dasein avec autrui structure aussi bien son être-même que ses comportements, au motif que l’être de l’être-là, en tant qu’être-avec, est inséparable de ses modes d’être. Cette connexion ontologique du soi-même à autrui explique, d’une part la possibilité négative de la dissimulation notamment dans le bavardage, et d’autre part la possibilité positive de l’expérience de la vérité, comme par exemple dans l’écoute mutuelle, l’entente mutuelle et la communication. Il n’empêche que la vérité de l’être se caractérise par son insaisissabilité, son abscondité comme l’atteste son mode de monstration : “elle se montre de façon dissimulée”. Ainsi donc, l’expérience de la vérité résiste à l’objectivation et à la volonté humaine de la posséder comme un objet. Cependant, elle ne parvient pas ouvrir la sphère de la coexistence avec autrui au-delà du monde à cause de la limite de la temporalité et de la finitude. D’où la nécessité d’ouvrir l’expérience de la vérité originaire au-delà de la temporalité à une altérité absolue qui revêt le caractère de l’éternité. Le sens de la liberté s’élargirait alors comme un mode d’être qui se manifeste positivement ou négativement dans trois directions : vers l’étant, vers l’être de l’étant et vers l’Amour pur, au sens de la Vérité première, éternelle et incréée, en un mot la Déité.
No file

Dates and versions

tel-03639006 , version 1 (12-04-2022)

Identifiers

  • HAL Id : tel-03639006 , version 1

Intranet access

Cite

Toussaint Daman. Phénoménologie de l'être-avec-autrui dans la pensée de Martin Heidegger (1915-1930) : étude lexicographique, topique et critique. Philosophie. Université de Lorraine, 2021. Français. ⟨NNT : 2021LORR0223⟩. ⟨tel-03639006⟩
166 View
0 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More