Poétique de la toile vide, ou l’envers de l’ekphrasis

Résumé : Il y a un narcissisme plastique de l’imitation qui culmine dans le trompe l’œil en peinture, dans l’ekphrasis en littérature. Que signifie des lors, pour le sujet écrivant, le renoncement a la description d’un tableau ? À travers l’étude d’« El Desdichado » de Nerval, de l’édition préoriginale du Chef-d’œuvre inconnu de Balzac, de « Salvator Rosa » d’E.T.A. Hoffmann, du Trésor d’Arlatan de Daudet, de quelques vers de Rimbaud et de quelques planches d’Hergé, on voit se profiler cinq types de reveries sur la toile vide, organisées selon une dynamique qui rend le tableau d’autant plus agissant sur la fiction que sa description en est absente ; et motivées par l’instauration d’un rapport de proximité, de complicité meme, entre auteur et lecteur, engageant entre eux un partage de sentiments ou de valeurs.
Mots-clés : ekphrasis
Type de document :
Article dans une revue
Les Lettres romanes, Université catholique de Louvain (1947-2009) ; Brepols Publishers (2010-), 2014, 68 (1-2), 〈10.1484/J.LLR.5.102127〉
Liste complète des métadonnées

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01372691
Contributeur : Lis Ul <>
Soumis le : mardi 27 septembre 2016 - 15:24:57
Dernière modification le : mercredi 22 novembre 2017 - 10:58:19

Identifiants

Collections

Citation

Christian Chelebourg. Poétique de la toile vide, ou l’envers de l’ekphrasis. Les Lettres romanes, Université catholique de Louvain (1947-2009) ; Brepols Publishers (2010-), 2014, 68 (1-2), 〈10.1484/J.LLR.5.102127〉. 〈hal-01372691〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

45