La Quadrature du conte. La féerie en France au temps du romantisme (1800-1848)

Résumé : La France a connu avant ses voisins, dès Perrault, le mouvement de retour à ses sources populaires et fabuleuses. Mais, au début du xixe siècle, l’attitude de Mme de Staël témoigne d’une évolution durable à l’égard du merveilleux : le besoin de vérités hérité des Lumières empêche désormais toute hypotypose de l’irréel. D’accord avec Walter Scott qui redoute une mise à nu des artifices de l’écriture, Nodier prône un merveilleux rationalisé : ce sera le fantastique. Le succès des « Féeries » dramatiques sur les scènes populaires contribue au discrédit de leur imaginaire. Dans ces conditions, il ne peut se renouveler que dans la littérature de jeunesse, avec Mme de Girardin ou Hetzel, avant Dumas qui entame, en 1844, son entreprise de phagocytage des œuvres d’Hoffmann, Grimm et Andersen.
Type de document :
Article dans une revue
Romantisme, Armand Colin, 2015, Le Merveilleux, 4 (170)
Liste complète des métadonnées

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01372877
Contributeur : Lis Ul <>
Soumis le : mardi 27 septembre 2016 - 17:18:05
Dernière modification le : mercredi 22 novembre 2017 - 10:58:19

Identifiants

  • HAL Id : hal-01372877, version 1

Collections

Citation

Christian Chelebourg. La Quadrature du conte. La féerie en France au temps du romantisme (1800-1848). Romantisme, Armand Colin, 2015, Le Merveilleux, 4 (170). 〈hal-01372877〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

48