Fictionnalisation de l’exode républicain espagnol : les petits-enfants face au récit mémoriel des grands-pères

Résumé : Dans les années 2000, après l’amnésie collective qui a suivi la fin du franquisme, les Espagnols ont revendiqué le droit à la récupération de la mémoire de ceux que l’on a longtemps appelés « les vaincus » et qui étaient absents de l’histoire officielle. Cette mémoire de la restitution ou de la réparation apparaît également hors d’Espagne, chez les descendants des quelque 500 000 réfugiés espagnols qui durent abandonner l’Espagne après la défaite de l’armée républicaine. Plusieurs romans se font le reflet de cette volonté de récupérer une histoire individuelle, familiale et nationale longtemps occultée. C’est le cas de deux romans écrits par des descendants de républicains espagnols : Los rojos de ultramar du romancier mexicain Jordi Soler, publié en Espagne en 2007 et Les mille et un jours des Cuevas, du romancier français Juan Manuel Florensa, publié en 2011. Dans ces deux romans, nous étudierons le rôle du récit du grand-père comme moyen de transmission d’une mémoire collective.
Type de document :
Article dans une revue
Les Langues néo-latines : revue de langues vivantes romanes, Société des Langues Néo-Latines, Association des Enseignants de Langues Vivantes Romanes, 2015, p. 121-134
Liste complète des métadonnées

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01389516
Contributeur : Ecritures Ul <>
Soumis le : vendredi 28 octobre 2016 - 15:28:10
Dernière modification le : jeudi 13 avril 2017 - 11:25:51

Identifiants

  • HAL Id : hal-01389516, version 1

Collections

Citation

Grégoria Palomar. Fictionnalisation de l’exode républicain espagnol : les petits-enfants face au récit mémoriel des grands-pères . Les Langues néo-latines : revue de langues vivantes romanes, Société des Langues Néo-Latines, Association des Enseignants de Langues Vivantes Romanes, 2015, p. 121-134. 〈hal-01389516〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

66